Colloque_Une

Les jésuites aujourd’hui – Deux siècles après leur rétablissement (1814-2014)

Aller, rencontrer, servir Colloque du Centre Sèvres Vendredi 10 octobre de 19h30 à 21h30 Samedi 11 octobre à partir de 9h Présentation C’est le 7 août 1814 que le Pape Pie VII Lire la suite »

Mode_Une1

Une école jésuite bannit les vêtements de marque

L’École de Provence a établi un nouveau dress code pour la rentrée scolaire. Elle interdit le port de vêtements et sacs de marque dans l’enceinte de son établissement.   Cliquez la flèche pour Lire la suite »

Prisons_Farapej

Regarder la prison, c’est regarder la société

Alain Cugno, ancien professeur de philo en khâgne, enseigne au Centre Sèvres et collabore à la revue Projet. Il nous livre sa réflexion sur la prison, fruit de près de 20 ans Lire la suite »

IAM-Japon-1-03_une

L’Institut Afrique Monde (I.A.M)

Le Père Denis Maugenest, jésuite, a contribué à l’implantation de deux universités en Afrique, l’une au Cameroun et la deuxième à Abidjan en Côte d’Ivoire.  Fort de cette expérience africaine, revenu à Lire la suite »

Promouvoir_la_justice_Arrupe

Promouvoir la justice

Le combat nécessaire du chrétien pour la justice est le fil conducteur des trois écrits du P. Pedro Arrupe s.j. dans cette réédition du livre paru en 1977 aux Éditions Vie chrétienne. Lire la suite »

Lâcher prise ?

Scholtus_lacher_prisede Robert Scholtus
Nouvelle Édition du livre
Vie Chrétienne N°563

Revue Vie Chrétienne   / Fidélité
Pour le feuilleter

Pour le commander   

Entre volonté et abandon, y aurait-il contradiction?…
Robert Scholtus s’empare avec délectation de cette expression galvaudée du développement personnel pour la situer dans le Christ.
Nous sommes appelés au plongeon dans la confiance en Dieu.

La notion de lâcher-prise envahit depuis quelques années les sphères intellectuelle, psychologique, philosophique, voire même religieuse et spirituelle. Vous souhaitez vivre un développement personnel et harmonieux ? Lâchez prise. Votre vie de prière est un désert spirituel ? Lâchez prise.

Robert Scholtus s’empare avec délectation de cette expression aujourd’hui galvaudée et en explore avec érudition les origines et  les postérités, tout en dévoilant les risques de l’abandon sans filet. Dans un style tonique et mordant, au fil de courts chapitres percutants, il remets les pendules à l’heure : à l’heure du Christ, qui nous appelle au courage du plongeon dans la confiance en Dieu.

L’auteur
Robert Scholtus, théologien et écrivain, est prêtre du diocèse de Metz. Il a été supérieur du séminaire universitaire des Carmes à l’Institut catholique de Paris. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages, dont Une saison dans les limbes (Bayard, 2010) et Promesse d’une ville (Arléa, 2012), collabore régulièrement aux revues Christus et Etudes.

« Entre volonté et abandon, y aurait-il contradiction?…
Le paradoxe est celui de la foi : foi en une puissance qui se révèle dans la faiblesse choisie.
Ce livre représente sans doute le meilleur essai spirituel de ces dernières années. »
Dominique Salin, sj  Christus n°219

Saint Ignace en prison

Depuis presque dix ans, des fidèles de l’église St Ignace se rendent une fois par mois à Fleury-Mérogis pour animer la messe et rencontrer les détenus. L’un d’eux témoigne.

L’initiative est venue d’un habitué de la Messe qui prend son Temps, qui s’est joint en 2003 à l’équipe d’aumônerie de la prison. Un premier groupe s’est formé en septembre 2004, un second en 2005, puis un troisième… A ce jour, cinq équipes rattachées à l’église St Ignace, d’une douzaine de personnes chacun, interviennent à Fleury. La Compagnie contribue à cet engagement avec la participation régulière de prêtres pour y célébrer la messe et de scolastiques.
Prisons_Fleury

Construit à la fin des années 60, Fleury-Mérogis est le plus grand centre pénitentiaire d’Europe : environ 4 000 détenus, répartis en 4 bâtiments d’hommes, un de jeunes et un de femmes. C’est une maison d’arrêt, donc un lieu où se trouvent réunis des détenus en attente de jugement, en courtes peines ou en transfert au cours d’une longue peine. Chaque bâtiment a son aumônerie. Une équipe vient en semaine rendre visite aux détenus et animer des groupes bibliques. Tous les dimanches, la messe est célébrée dans chacun des bâtiments et différents groupes de la région s’y invitent, comme ceux venant de St Ignace. Environ 50 détenus par bâtiment y participent

Aix-Marseille Inventer un trait d’union

En septembre 2014, les trois communautés jésuites d’Aix et de Marseille n’en feront plus qu’une. Tous ses membres résideront dans la cité phocéenne. Où en est la ré-flexion sur l’avenir ?

La réalité démographique de la Compagnie de Jésus n’est pas pour rien dans ce projet de regroupement, mais ce qui prime est bien le sens d’une mission à redécouvrir dans une métropole en pleine construction.

Marseille-Aix_Air Bel

Un des lieux de vie de la communauté : Air Bel

En la Marseille
des cités

Commençons par un cliché qui n’est pas vraiment une carte postale qu’on aimerait en-voyer à ses amis depuis la deuxième ville de France : les cités — les fameux quartiers Nord, qui existent aussi à l’Est, comme à Air Bel où des jésuites vivent en HLM. C’est une tradition jésuite peu connue du grand public, sans doute parce que discrète à l’image du levain dans la pâte. Vivre dans des quartiers, partager durablement la vie des gens simples et souvent en mal d’intégration, est une manière d’incarner la vie jésuite en profondeur. Tisser des liens au quotidien et durer dans l’ordinaire des choses fait devenir compagnons de Jésus, car familiers des petits et des pauvres. Célébrer la messe autour de la table basse du salon, faire la cuisine, ouvrir sa table aux voisins comme aux demandeurs d’asile, se réjouir avec les musulmans les jours de fête, râler quand l’appartement est cambriolé ou la voiture défoncée : tout cela nourrit une amitié, certes parfois rude à vivre, mais qui fleure bon l’Évangile.

Nouvelles de l’apostolat social jésuite mondial 07-2014

Pour échanger les nouvelles, stimuler les contacts,
partager la spiritualité et promouvoir le travail en réseau dans le monde entier.

juillet 2014

Récit : Srey Mom: un appel à servir et apporter la charité du Christ au  monde

 Rudy Chandra SJ

Son rêve d’enfance était de devenir médecin. Toutefois, comme le rêve de bien des enfants cambodgiens de sa génération, il a été anéanti par la brutalité de la guerre  civile qui a dévasté  une grande partie du pays. Avec sa famille, elle a fui vers la Thaïlande où, dans un camp de réfugiés, elle a rencontré des Jésuites et des laïques qui travaillaient pour JRS.

Son désir de paix et pour la liberté l’a amené aux classes de catéchisme parce que la rumeur circulait dans le camp à l’effet qu’un réfugié chrétien avait davantage de chances de trouver asile dans un pays européen. Qui aurait pu prédire que le contraire se produirait! Elle a effectivement découvert la foi, mais elle a également entendu l’appel à servir et est retournée au Cambodge au lieu de profiter d’une tranquille vie occidentale.

Suite du récit >>

Brèves : 

Asie-Pacifique – Création d’un réseau pour les migrants

Un réseau pour les migrants a été formé au sein de la Conférence des Jésuites de l’Asie-Pacifique, comprenant les institutions jésuites travaillant sur la question – Tokyo Migrant Desk au Japon, Yiutsari en Corée, Rerum Novarum Centre en Taiwan, UGAT Foundation aux Philippines, Sahabat Insan en Indonésie, JRS Asia Pacific, et Jesuit Social Services en Australie. Le Père Benny Juliawan SJ, Coordinateur de la Conférence pour les migrants et Secrétaire pour les ministères sociaux, a organisé la première réunion du réseau à Jakarta du 3 au 6 Juin. Selon lui la réunion avait deux objectifs principaux: (1) reconnaître l’état actuel des services pour les migrants dans le JCAP; et (2) lancer des programmes communs pour les trois prochaines années. Pour plus d’information..

Suite des brèves >>

Les jésuites aujourd’hui – Deux siècles après leur rétablissement (1814-2014)

Colloque_Une

Aller, rencontrer, servir

Colloque du Centre Sèvres

Vendredi 10 octobre
de 19h30 à 21h30

Samedi 11 octobre
à partir de 9h

Présentation

C’est le 7 août 1814 que le Pape Pie VII rétablit la Compagnie de Jésus. Celle-ci avait été supprimée en 1773 pour des raisons complexes, largement marquées par la politique des puissances politiques européennes.

logo_sevres2Comme l’écrit le P. Adolfo Nicolas, Supérieur général :
« Toute date importante du calendrier permet de s’arrêter pour réfléchir et tirer des enseignements. Nous pouvons être reconnaissants pour ce que nous avons reçu, nous pouvons nous rappeler tout ce que nous avons découvert, nous pouvons perfectionner nos manières d’être serviteurs de la mission du Seigneur et, si nécessaire, nous pouvons nous repentir pour nos manquements. Apprendre du passé est l’une des façons de reconnaître notre place dans l’histoire du salut comme compagnons de Jésus, ce Jésus qui rachète toute l’histoire humaine. »

logo-1814_2014Le programme de cette rencontre entend donc revenir sur l’événement passé pour l’éclairer. Mais, plus encore, dans ses racines et dans son présent, il s’agira de parler de l’identité jésuite : une identité à rencontrer à travers ses manières de faire, ici et partout.
Au fond : quelle est la mission des jésuites aujourd’hui ?

Powered by WordPress | Designed by: SEO Consultant | Thanks to los angeles seo, seo jobs and denver colorado