Le F. Henri Chalon sj, aumônier des Gitans, à l’honneur dans l’exposition « Barvalo » au MuCEM à Marseille

Jusqu’au 4 septembre 2023, la nouvelle exposition du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) à Marseille, intitulée Barvalo, présente l’histoire et les culture des populations romani d’Europe. Une des œuvres exposées provient du fonds Henri Chalon (1926-2020), un jésuite envoyé à Marseille où il s’est consacré pendant plus de cinquante ans à la mission des Gitans, dont il était l’aumônier diocésain.

fonds henri chalon exposition barvalo 2

Affiche de l’Asociacion de Mujeres Gitanas « ROMI »

L’exposition Barvalo inaugurée en mai 2023 témoigne de la richesse du monde gitan : Roms, Sinti, Gitans, Manouches, Voyageurs… « Populations romani » est l’expression ici retenue pour les nommer ensemble, « romani » désignant d’abord la langue utilisée par un grand nombre.

Cette exposition est une heureuse occasion de faire mémoire du F. Henri Chalon sj qui a été des leurs : en tant qu’aumônier diocésain, « gitan avec les gitans », ils s’étaient mutuellement adoptés. Il avait fait don de ses archives sur les gens du voyage au MuCEM en 2019. Il y a désormais un « fonds Henri Chalon » dont est issu une des œuvres de l’exposition Barvalo.

La première partie de l’exposition est consacrée à l’histoire, faite de déplacements et d’exclusions. La suite montre, sous des angles divers, la manière dont les populations romani ont été traitées, le regard porté sur elles : la méfiance, le contrôle, avec notamment les traces d’un marquage racial, la servitude, le génocide par les nazis. Est aussi donné à voir, comment des membres de ces populations ont servi, ont donné leur vie, ont été acteurs de la cité en authentiques citoyens, et, qu’une culture propre et productive leur est attachée.

La visite est guidée par des « figures » – photographies vivantes et parlantes – de trois femmes et d’un homme romani, dont la formation et le métier témoignent de leur pleine existence dans la société et qui invitent à porter un regard autre. Sur le parcours, on trouve un musée du Gadjo ! – évocation ironique du dominant sur le mode ethnographique. La dynamique de l’exposition est, en effet, de déconstruire les préjugés, dont l’antitsiganisme ordinaire, nourris à l’égard de ces populations.

Dans cette visite, le F. Henri Chalon sj nous a devancés et nous accompagne : non seulement il connaissait sans doute une bonne part de ce qui est ici développé, mais son regard n’était pas loin de celui qui commande l’exposition : il était prompt à réagir à toute stigmatisation de ses co-voyageurs.

Et sa présence en ces lieux est plus précisément marquée, du fait que l’exposition a retenu (au moins) un document de sa collection : une affiche, plutôt féministe, de l’Asociacion de Mujeres Gitanas « ROMI ». Le catalogue de l’exposition l’atteste : elle vient du fonds Henri Chalon.

Barvalo, en romani, « riche » matériellement et culturellement, et également « fier ». Tels étaient bien le jugement et le sentiment du F. Henri Chalon sj.

F. Christian Bardet sj F. Christian Bardet sj,
communauté Notre-Dame des Missions à Marseille

Pour aller plus loin

En savoir + sur les jésuites à Marseille