En cette année d’élections européennes, l’Institut d’Études Théologiques (IÉT) à Bruxelles, propose un vaste programme de visites aux institutions européennes, de cours du jour et de conférences-débats en soirée. Entretien avec Enzo Pezzini, docteur en sciences politiques et sociales, chargé de cours à l’IÉT et coorganisateur du programme “L’Europe… et demain ?”

Du 23 mars au 21 mai, l’Institut d’Études Théologiques propose sept conférences-débats avec des orateurs de renom. Quel est l’intérêt de présenter ces conférences maintenant ?

Enzo Pezzini – Les conférences vont se tenir au cœur de la campagne électorale en vue des élections européennes qui se déroulent entre le 23 et le 26 mai 2019. Ces élections, – le fait est totalement neuf -, font redouter un accroissement probable des partis antisystèmes et anti-européens.

Comme chrétiens nous pouvons apporter notre contribution à la réflexion de tous, surtout en rappelant qu’il n’y a pas d’Europe sans mémoire et sans histoire. Plusieurs des principes qui sont à la base du projet de construction de l´Union européenne sont les principes et les valeurs mêmes de l’enseignement social de l’Église, notamment : la paix, la liberté, la démocratie, le respect de la dignité de la personne humaine, la solidarité, la subsidiarité, les droits de l´homme et des peuples… Pour des personnes intellectuellement honnêtes, l’influence du christianisme sur l’Europe est un fait historique incontestable.

Les interventions du pape François sur l’Europe sont nombreuses. Qu’en pensez-vous ? 

Je suis frappé par le nombre de prises de parole du pape François sur l’Europe, alors qu’il est le premier pape non européen. La séquence est assez éclatante : à Strasbourg en novembre 2014, “Discours au Conseil de l’Europe et Discours au Parlement européen” ; puis “Discours lors de la remise du prix Charlemagne”, en mai 2016 ; “Discours devant les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne”, le 24 mars 2017, à la veille de la commémoration du 60e anniversaire du Traité de Rome et encore, “Discours aux participants de la conférence (Re)Thinking Europe” le 28 octobre 2017, une rencontre organisée par la COMECE avec la participation, entre autres, du président du Parlement européen et du vice-président de la Commission européenne.

Je crois que ces interventions répétées du pape signifient qu’on lui reconnaît, sur fond d’un contexte évident de crise, le rôle de bâtisseur de ponts (pontifex) et donc de rencontres, d’échanges, de dialogues. Ce sont attitudes qui semblent oubliées dans pas mal de chancelleries européennes aussi bien que dans les opinions publiques.

Quelle est notre tâche comme chrétiens ?

Aujourd’hui, notre tâche comme chrétiens, sans méconnaître les difficultés et les imperfections du fonctionnement actuel de l’Union européenne, est de garder vivante cette utopie réalisable et réalisée et de maintenir forte l’espérance. Pour reprendre le pape François, il s’agit de « discerner les voies de l’espérance, d’identifier les parcours concrets pour faire en sorte que les pas significatifs accomplis jusqu’ici ne se perdent pas, mais soient le gage d’un long et fructueux chemin. »

Enzo Pezzini est coorganisateur du programme “L’Europe… et demain ?” proposé par l’IÉT. Laïc, marié, docteur en sciences politiques et sociales (Saint-Louis, Bruxelles), chercheur associé au CReSPo (ibidem) et collaborateur scientifique à l’Institut de recherche « Religions, Spiritualités, Cultures et Sociétés » de l’Université catholique de Louvain (UCL). Chargé de cours à l’IÉT, à Lumen Vitae/Namur et à l’Institut Catholique de Paris. Titulaire entre autres d’un diplôme en Études européennes (UCL).

> En savoir + sur le programme “L’Europe… et demain ?”, organisé par l’Institut d’Études Théologiques

> Lire l’éclairage du P. Thierry Lievens sj sur les chrétiens et l’Europe

> Lire la présentation du programme, par Sr Noëlle Hausman scm et P. Alain Thomasset aa

> En savoir + sur l’IÉT