q Retour sur la session "Pédagogie et spiritualité ignatiennes en temps de crise" à l’Université Saint Joseph de Beyrouth - Jésuites

Retour sur la session « Pédagogie et spiritualité ignatiennes en temps de crise » à l’Université Saint Joseph de Beyrouth

Le P. Patrick Goujon sj a été invité à l’Université Saint Joseph de Beyrouth pour donner une session à une trentaine de professeurs, directeurs d’instituts et doyens sur le thème « Pédagogie et spiritualité ignatiennes en temps de crise« .

session Université Saint Joseph Beyrouth « Comment trouver dans la spiritualité de saint Ignace de Loyola un soutien pour nos pédagogies dans ce moment de crise que traverse le Liban ? » C’est cette question que m’avait posée le Pr. Fadi El Hage, directeur du Centre de Formation Professionnelle, quand il m’a invité, avec Jad Chebly sj, à venir donner une session à l’Université Saint Joseph de Beyrouth (USJ).

J’ai rencontré les mardi 21 et mercredi 22 juin une petite trentaine de professeurs, directeurs d’instituts et doyens pour nous mettre au travail et réfléchir ensemble à partir de l’itinéraire de saint Ignace de Loyola. Rien de mieux que de revenir à son Récit pour découvrir un Ignace de Loyola en crise, certes, mais en chemin.

Quand notre identité est désorientée, quand nous ne savons plus ce qu’il faut faire, il ne reste souvent plus qu’à nous lever pour dire « me voici ! », comme Moïse à l’Horeb. Éveillé à sa vie intérieure, découvrant le jeu des esprits et des motions, Ignace put se mettre en route, portant le désir d’aider les âmes. Il avait fait par là une découverte essentielle : pour aller de l’avant, Ignace fait une pause : il cultive l’attention aux mouvements intérieurs, pour rentrer en soi-même et considérer les circonstances extérieures, les situations. Celui qui progresse trouve en lui comment Dieu l’oriente ici et maintenant dans un mouvement d’intériorisation qui est ouverture au monde tel qu’il est.

éducation développement

Élèves et leur professeur dans une école au Liban.

Pour Ignace, c’est la vie spirituelle qui est tout entière pédagogie. « Dieu se conduisait avec lui comme un maître d’école », avait-il noté. Les Exercices spirituels, comme leur nom l’indique, en sont la preuve : ils se déroulent comme un long processus de transformation de soi, et ne sont pas un outil extérieur qu’on applique pour changer le monde. Les Exercices spirituels nous font revenir à nous-mêmes pour nous faire sortir de nous-mêmes par la préférence que nous donnons à Dieu, en suivant le Christ.

Le fameux « Magis« , moteur de l’excellence pédagogique, ne signifie rien d’autre d’abord que cette préférence accordée à celui que l’on aime et de qui l’on reçoit tout. La liberté nécessaire à la croissance humaine se reçoit à cette source. Je suis de plus en plus persuadé que, la méthode répétée inlassablement, « demander ce que je veux »/ « s’adresser un Dieu dans un colloque », est le plus riche entraînement à faire usage de notre liberté, en découvrant comment elle s’enracine dans notre désir, toujours appelé à nous libérer des obstacles qui nous entravent.

Je ne voulais pas transformer cette session en une formation qui délivre des recettes pédagogiques. Je préfère de loin essayer de partager un trésor, celui que contiennent les Exercices spirituels et qui se déploie aussi dans nos Constitutions. Bien-sûr, on est loin, en apparence, des questions posées aujourd’hui dans une université, et plus particulièrement au Liban. Les échanges ont permis de revenir sur la situation actuelle et sur les ressources qu’offre la spiritualité ignatienne pour la pédagogie. Se rendre indifférent pour retrouver le sens de la liberté, apprendre à exprimer ce que l’on cherche, consulter avant de décider, apprendre à débattre, à travers l’exercice de la disputatio, facilement repris de la Ratio studiorum des anciens collèges, voilà autant de pistes qui ont nourri des échanges chaleureux et profonds. Merci à tous de l’accueil réservé et des conversations ouvertes.

patrick c. goujon P. Patrick Goujon sj,
Professeur d’histoire de la spiritualité au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris,
membre associé du Centre d’Études en Sciences Sociales du Religieux (EHESS).

> Soutenir le Liban via la Fondation OMCFAA-Œuvre des missions

> Source de l’article : Province jésuite du Proche-Orient

En savoir + sur les jésuites au Proche-Orient

En savoir + sur la pédagogie ignatienne et les Exercices spirituels

Aller en haut