q Les pieds bien sur terre - Jésuites

Les pieds bien sur terre

Le 26 mars dernier, plusieurs jeunes compagnons jésuites ont extrait « à grands renforts de pelles et de brouettes le précieux humus » du compost du Centre spirituel jésuite de Manrèse pour le répartir dans différentes communautés franciliennes. Récit de cette aventure par Matthieu Bigné sj.

compost centre spirituel jesuite manrese Sur le talus du Centre spirituel jésuite de Manrèse (Clamart), c’est l’histoire d’un tas, mais pas n’importe quel tas ! Un tas d’humus, de feuilles, d’écorces, de branches, de toutes sortes de rebuts végétaux entreposés il y a une douzaine d’années par un compagnon jésuite prévoyant. Sur le talus du Centre spirituel jésuite de Manrèse, c’est l’histoire de la microfaune d’un petit coin de sol qui réduit lentement tout ce tas en une fertile poudre brun café. Sur le talus du Centre spirituel jésuite de Manrèse, c’est l’histoire d’un supérieur de communauté jésuite cherchant à aménager les espaces qui lui sont confiés en se débarrassant de ce tas qui se fait encombrant. Sur le talus du Centre spirituel jésuite de Manrèse, c’est l’histoire d’un compagnon jésuite qui sait se tenir à l’écoute mais aussi laisser traîner ses oreilles et qui entend parler d’un tas d’aubaine. Sur le talus du Centre spirituel jésuite de Manrèse, c’est l’histoire de quatre autres compagnons qui se laissent rameuter pour tirer profit d’une occasion favorable.

C’est ainsi que le 26 mars dernier, sous l’impulsion d’un Xavier de Bénazé sj dans la dernière ligne droite avant l’ordination presbytérale, se sont présentés quatre scolastiques (Pierre de Vial, Samuel Piffeteau, Hieu Pham, de la Province du Vietnam et votre serviteur) pour ouvrir, sous les encouragements de Paul Legavre sj, une carrière dans le jardin de Manrèse, extraire à grands renforts de pelles et de brouettes le précieux humus entreposé là par le judicieux Pierre Clermidy, et l’acheminer en camion vers les jardins de nos communautés jésuites de la rue Blomet et surtout de Vanves.

Et finalement, me direz-vous, quelle morale porte ce conte ? Une morale en chiffres d’abord, et il s’agit d’être précis : légions de pelletées, caravanes de brouettes, flotte de bennes à décharger, retraitants amusés, voire attirés, en tous les cas édifiés, bobos écolos émerveillés, greenwashers aux aguets…
Mais surtout une poignée de compagnons bien satisfaits ! Bien satisfaits et récompensés de leurs peines par ce simple moment fraternel, passé en action sous un grand soleil et les pieds bien sur terre.

Matthieu Bigné sj (communauté jésuite de Paris-Blomet)

Aller en haut