alphonserodriguezSaint ALPHONSE RODRIGUEZ
Fête le 31 octobre

Alphonse naquit en Espagne, à Ségovie, en 1533 ; après la mort prématurée de son père, il dut se consacrer au commerce et se maria vers 1560. Sa femme et ses enfants étant morts, il entra dans la Compagnie de Jésus comme frère en 1571 ; il fut envoyé la même année à Palma de Majorque. Jusqu’à sa mort, il y fut portier du Collège de la Compagnie. Éprouvé par de durs combats spirituels, il reçut aussi de Dieu le don de charismes éminents. Il mourut à Palma en 1617. Il fut canonisé par Léon XIII en 1888.

31 octobre
Saint ALPHONSE RODRIGUEZ, religieux

Mémoire

Commun des religieux (p. 271).

OFFICE DES LECTURES

DEUXIÈME LECTURE

Vie admirable de saint Alphonse Rodriguez, religieux

Je me comporte comme un petit enfant encore au sein, qui ne sait ni ne peut s’enorgueillir.

Très souvent, je ne m’entretiens et ne converse qu’avec Jésus et la sainte Vierge, sa très sainte Mère, les amours de mon âme. Je leur rends compte de ce qui me concerne, car je suis si nul, si grossier et si ignorant, que je ne suis absolument bon à rien. Je recours donc à eux, en leur racontant ce qui m’arrive, et je les prie de me venir en aide et de me protéger, afin que je fasse tout, suivant leur bon plaisir et non pas autrement. Mon cœur plein d’amour pour Dieu est extrêmement désireux de lui plaire ; et pour lui être agréable, je suis prêt à renoncer à tout en ce monde et à moi-même. Ayant égard à mes bons désirs, et voyant que je traite tout avec lui et avec la Sainte Vierge, que je ne veux que ce qu’ils veulent, et que, dans mon recours à eux, je me remets moi-même, mes intérêts et ceux du prochain entre leurs mains, Dieu fait que tout réussit et arrive selon ses desseins. C’est avec un certain élan d’amour que je vais trouver Jésus et Marie et converser avec eux ; ils me répondent avec une douce suavité et me font connaître leur sainte volonté, en m’apprenant en même temps comment l’exécuter.

Dans cette douce familiarité que j’ai avec Jésus et la sainte Vierge, je me comporte comme un enfant encore au sein. Celui-ci ne peut ni ne sait s’enorgueillir, parce qu’il est un enfant ; or, avec la grâce de Dieu, mon âme en vient dans ces entretiens, à cet état qu’elle ne saurait et ne pourrait s’enorgueillir plus qu’un petit enfant qui n’a pas encore été sevré.

(Mémoire écrit en juin 1615. Ed. esp. dans V. Segarra, s.j., San Alonso Rodriguez. Autobiografia o sea Memorial o Cuentas de la Consciencia , Barcelona, 1956, pp. 227-228 ; tr. fr. par P. de Bénazé, 1890, pp. 281-282).

R/ Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu ;
* Il est grand ton amour pour moi.

V/ Tu es mon Dieu, je te rends grâce, mon Dieu, je t’exalte.
* Il est grand …

Tu nous a montré, Seigneur, dans la fidélité de notre frère Alphonse Rodriguez, le chemin de la joie et de la paix ; accorde-nous d’être toujours des compagnons de Jésus empressés à le servir, lui qui s’est fait le serviteur de tous et qui règne avec Toi et le Saint-Esprit.