Hervé Nicq sera ordonné prêtre dans la Compagnie de Jésus par Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, en l’église Saint-Ferréol à Marseille le samedi 18 mai 2019 à 11h00.

Né en 1980 à Paris, Hervé Nicq est le second d’une famille de quatre enfants. Très jeune, il fait l’expérience que des hommes et des femmes sont au service de la vie. C’est avec la communauté paroissiale de Saint-Leu-Saint-Gilles qu’il découvre que cette vie vient de Dieu, un Dieu qui appelle.

“Me voici”

Lors de sa première communion, il Lui répondra avec les mots du petit Samuel : “Me voici”. A Saint-Maur puis à Versailles, il fait partie des Scouts de France, du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ), de l’aumônerie des établissements publics. Il découvre la joie de la création chez les Scouts, il apprend à relire sa vie à la lumière de l’Évangile au MEJ, il se met au service des autres et partage ce que Dieu lui a donné à aumônerie des lycées publics de Versailles, le “48”. Après des études d’économie internationale, devenu animateur puis directeur de camps, il demande à entrer dans la Compagnie de Jésus en 2004.

Au service de l’éducation des jeunes

À la fin de son noviciat, la direction d’un camp du Secours Catholique lui a fait découvrir des jeunes de Cergy, Sannois et Sarcelles. Face à ces jeunes de 11/15 ans, Français pour la plupart, il est touché par leur pauvreté affective, relationnelle. Il est aussi a frappé par leur diversité culturelle et religieuse. Naît alors une question : comment vivre ensemble dans nos banlieues françaises ? Quelle culture proposer ? Comment y rendre présent l’Évangile “pour tous”, sans “droit de péage”. Comment désaltérer ces jeunes qui ont tant de soifs ? Il y entend le désir du Christ de rejoindre les petits et demande à la Compagnie de pouvoir se donner à leur service. Hervé sera envoyé deux ans dans un lycée professionnel à Saint-Etienne. Dans l’établissement Francoise Cabriani à Noisy-le-Grand puis à Saint-Louis de la Guillotière, il travaillera dans le service de vie scolaire et collaborera à la pastorale. Il est aujourd’hui le Conseiller Principal d’Education et Adjoint en Pastorale Scolaire au collège Saint-Mauront à Marseille.

Vie religieuse et service des jeunes

Pendant les deux ans de noviciat, Hervé va vivre plusieurs expériences à l’école d’Ignace : les Exercices spirituels, le service auprès des personnes âgées en hôpital gériatrique, un pèlerinage d’un mois où il expérimente la pauvreté, six mois de formation en théologie, philosophie et Bible, l’insertion dans un centre de formation pour adultes. Et il découvre surtout ce qu’est la vie en communauté. « La fraternité, dit-il, c’est du concret. La vie communautaire, c’est un apprentissage. Comme dans une famille, on ne se choisit pas : c’est parfois rude, mais c’est aussi une grande joie ! »
À la fin du noviciat, il prononce les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance. Commence alors la deuxième étape de formation jésuite : cinq années d’études au Centre Sèvres, dont la troisième à Rome, à l’Université Grégorienne. 
Lors de sa première année d’études, Hervé a dirigé un camp du Secours catholique : il a rencontré des adolescents de Cergy, Sannois et Sarcelles et a été touché par leur diversité, leur pauvreté relationnelle, par la violence et le manque de confiance en eux. Pour ses deux années de “Régence”, il demande à être envoyé dans des lieux interculturels auprès des jeunes en situation difficile. Lors de la deuxième année, il sera chargé de créer un poste d’animateur en pastorale scolaire dans un lycée professionnel de Saint-Étienne. Après une nouvelle année d’études au Centre Sèvres, il devient surveillant et CPE au collège de Noisy-le-Grand (93), puis à Saint-Louis de la Guillotière, à Lyon, un établissement mixte et innovant.

Prêtre pour la mission

Hervé arrive à Marseille fin août 2018. Depuis la rentrée, il est Conseiller Principal d’Education et Adjoint en Pastorale Scolaire au Collège Saint-Mauront (3e). De vastes questions se posent à lui : « Comment vivre ensemble dans nos quartiers ? Quelle culture proposer ? Comment désaltérer des jeunes qui ont tant de soifs ? Comment y rendre présent l’Évangile “pour tous” ? » Une phrase résonne en lui : « “Je suis venu pour que le monde ait la vie en abondance et non pas pour juger “, dit Jésus. Il n’y a pas de condition dans cette histoire, c’est un message pour tous les hommes. Et ce message, il faut d’abord l’entendre pour soi… »
Après ce chemin de quinze ans, Hervé a été ordonné prêtre le 18 mai par Mgr Pontier. Présenté par le Provincial de la Compagnie de Jésus, il a été choisi par l’évêque et jugé digne d’être ordonné. « C’est moi qui vous ai choisis, dit le Christ, pour que vous portiez du fruit. Pendant la prostration, toute la communauté priait. J’ai ressenti que c’est le Christ qui me relève. Comme prêtre, je suis appelé à témoigner de la résurrection du Christ qui est victoire sur la mort. Dans les lieux où je suis, comme dans la société, il faut prier et vivre de cette espérance même si, au quotidien, on n’en voit pas toujours les fruits. »
L’ordination sacerdotale n’est pas « la fin de l’histoire ». « Compagnon de Jésus, ami avec le Fils », Hervé a fait vœu d’obéissance : « Je ne choisis pas ma mission, c’est la communauté qui appelle. Et la communauté ne s’engage définitivement que lorsqu’elle a vérifié qu’on vit bien les étapes dans la Compagnie, même après l’ordination. Une bonne élection, on la reconnaît à ses fruits ! »