Portrait de Grégoire Le Bel sj

////Portrait de Grégoire Le Bel sj

Portrait de Grégoire Le Bel sj

Grégoire Le Bel prononcera ses derniers vœux le 2 février prochain en l’église Saint-Ignace. A cette occasion, il témoigne de son parcours qui l’a mené jusqu’à la Compagnie de Jésus.

Les racines de mon engagement sont à la fois dans ma famille haute en couleurs, et dans le scoutisme : deux lieux d’apprentissage de la liberté, de l’engagement, de l’attention aux autres, d’ouverture à l’international, et de découverte de la prière.

Un diplôme d’ingénieur en informatique en poche, et je pars pour deux années de volontariat à Jérusalem dans un couvent dominicain avec la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC). C’est là pour la première fois, que se pose la question du sacerdoce. De retour en France, je travaille quatre années comme consultant à Grenoble, puis à Paris. Des années très heureuses mais durant lesquelles, la question de suivre le Christ se fait plus pressante : je n’arrive pas à m’engager ou m’installer réellement… Quelque chose semble résister.

Sur le conseil 3 prêtres bien différents, je fais en 2001 une retraite de choix de vie au Centre spirituel Manrèse. En méditant le récit de la marche sur les eaux (Mt 14,22-33), j’y découvre que le Christ m’appelle à être “pasteur de ses brebis”. C’est toute ma vie, mon corps, mon intelligence qui répond OUI ! J’entre alors au séminaire pour le diocèse de Versailles. Rapidement, je sens cependant que mon appel est autre, plus ouvert à l’international et surtout ancré dans les Exercices spirituels de saint Ignace. Je me tourne alors vers les jésuites et j’entre alors en 2002 au noviciat. A la sortie de celui-ci, je fais mon premier cycle de théologie et philosophie à Paris, aux facultés jésuites du Centre Sèvres. Ensuite, je suis envoyé à Reims comme chargé du Service Jésuite des Vocations pour deux ans. De retour à Paris, je fais un second cycle de théologie en creusant l’impact anthropologique des nouvelles technologies. Je suis alors envoyé à Toulouse pour travailler à l’Icam et à Notre Dame du Web, le portail de la famille ignatienne.

C’est là que je suis ordonné prêtre par un évêque bénédictin dans une église dominicaine, avec pour diacre un franciscain…

Aumônier à Spitak (Arménie)

Aumônier à Spitak (Arménie)

Après trois belles années, je suis appelé au “Troisième An” à Dublin : une année de pause à la fin de la formation pour relire son histoire, se replonger dans la spiritualité ignatienne, (re)lire les textes fondateurs etc.

Ce fut un très beau moment, avec entre autres, deux mois et demi en Arménie auprès d’enfants ayant des handicaps.

De retour à Paris, je suis actuellement dans une grande communauté qui accueille particulièrement les scolastiques qui viennent étudier pour la première fois à Paris, la communauté de Blomet. Nous sommes 36 dont 26 étudiants, venant de onze pays. Côté dépaysement, je suis gâté.

J’ai trois missions principales : la responsabilité du Service Jésuite des Vocations, la création et la gestion d’un espace de Coworking au sein de la Maison Magis et l’application de prière en ligne : Prie en Chemin. En plus de cela, j’accompagne une équipe du Mouvement Chrétien des Cadres (MCC), quelques retraites spirituelles et continue la réflexion sur le numérique.

> Photo : © CIRIC

2019-01-15T17:59:28+00:004 janvier 2019|