q Une course solidaire et une nouvelle chapelle pour les élèves de Verviers - Jésuites

Une course solidaire et une nouvelle chapelle pour les élèves de Verviers

Le 28 mars, jour du Jeudi Saint, les élèves des écoles jésuites de Verviers, en Belgique, ont mouillé le maillot pour soutenir des actions de solidarité. La journée s’est clôturée avec l’inauguration d’une nouvelle chapelle au sein de l’Institut Saint François Xavier. Retour sur une journée riche en émotions.

Départ des élèves Dans un enthousiasme communicatif, 220 élèves du Collège Saint François Xavier (SFXun) et de l’Institut Saint François Xavier (SFXdeux) ont parcouru les 35 kilomètres qui séparent Verviers du Collège Saint-Benoît Saint-Servais à Liège, lors de la course « Courir pour le monde ». Ces jeunes de 15 à 17 ans ont choisi le sport pour illustrer le thème « Foi et Justice », travaillé avec leurs professeurs tout au long de l’année à Verviers comme dans tous les collèges jésuites de Belgique francophone. « Au-delà des apprentissages académiques, il est important pour nous de faire vivre certaines valeurs, explique Anthony Cipolla, Directeur de SFXUn. Chaque année, nous essayons de rendre réels des concepts qui peuvent paraître abstraits pour les élèves et leur mobilisation est impressionnante à chaque fois ».

Comment rendre le monde meilleur ?

Organisée en partenariat avec la Cocéjé (Coordination des collèges et écoles jésuites), la course en équipes a permis aux jeunes sportifs de récolter des dons pour soutenir l’association  Sit Run Pressé, qui accompagne des personnes à mobilité réduite sur des parcours pédestres grâce à une joëlette, un fauteuil roulant handisport. Si certains ont choisi de courir, d’autres ont opté pour la marche. D’autres encore participaient à des ateliers de réflexion sur le commerce équitable ou la désinformation au sein de leur établissement scolaire. « La question que l’on se pose avec nos élèves est comment rendre le monde plus juste, rapporte Yves Cornet, Directeur adjoint de SFXDeux. Quel meilleur moment que la Semaine Sainte pour s’interroger ? Demain, on continue la réflexion avec la venue d’un jésuite, Bernard Peeters et d’un imam, Franck Amin Hensch ».

Sacha dans la joëlette Un semi-marathon pour le P. Thierry Dobbelstein

Originaire de l’Est de la Belgique, à 13 km de Verviers, le P. Thierry Dobbelstein, Provincial, a franchi la ligne d’arrivée aux côtés des jeunes après 23 kilomètres parcourus. « J’avais lancé l’idée de cette course l’année dernière quand je travaillais à la Cocéjé, afin d’inviter les jeunes à mesurer l’importance de la solidarité dans l’effort commun. Ils ont eu la très bonne idée de relever le défi et même de l’amplifier, confie-t-il. Au départ, j’avais évoqué un passage de flambeau mais aujourd’hui, j’ai entendu deux jeunes lancer ‘’je prends le relais’’ en parlant du fauteuil roulant. Le relais, c’était la joëlette… Ils ont fait mieux que ce que j’avais imaginé ! Si le P. Thierry Dobbelstein  a depuis quitté ses fonctions à la Cocéjé, il avait promis qu’il participerait à l’événement : « C’était évident pour moi que je devais en être ».

Dans d’autres écoles jésuites, comme Matteo Ricci à Bruxelles ou le Sacré-Cœur à Charleroi, les courses se sont déroulées dans le cadre des cours d’éducation physique. Un compteur a permis de suivre, en temps réel, le nombre de kilomètres parcourus soit, au total, 8 658 km.
« Deux écoles vont encore se joindre à l’effort : Saint-Michel le 13 mai, pour le lancement de la Semaine jésuite et l’IET Notre-Dame, école technique à Charleroi, le 22 mai. Les 10 000 km devraient ainsi être dépassés, soit ¼ de la circonférence terrestre! » se réjouit Vincent Sohet, Responsable de la pastorale pour la Cocéjé.

Un espace d’intériorité pour tous les élèves

En fin de journée avait lieu l’inauguration de la nouvelle chapelle de l’Institut Saint François Xavier (SFXDeux). La direction souhaitait transformer un local au dernier étage de l’école en un lieu où tous les élèves pourraient se sentir accueillis, quelles que soient leurs convictions religieuses, tout en mettant en valeur l’identité propre de l’école, son ancrage catholique et son lien spécifique avec la Compagnie de Jésus. Face aux nouveaux vitraux gravés des mots de saint Ignace « En todo, amar y servir », le P. Dobbelstein a béni ce nouveau lieu de recueillement.

P. Dobbelstein et Laetitia Daems dans la chapelle « L’enjeu de l’éducation et de l’enseignement mérite d’avoir des adultes un peu fous, audacieux, créatifs », s’est-il exprimé. « L’école n’est pas qu’un lieu pour accumuler des savoirs et s’entrainer à des savoir-faire. L’école peut aider les jeunes à réussir leur vie en faisant les bons choix, en repérant ce feu qui brûle en eux et qui ne demande qu’à prendre de l’ampleur ».

Aller en haut