Les 23 et 24 février, près de cent scolastiques (jésuites en formation) de la Province EOF se sont retrouvés à la Maison Magis à Paris pour un week-end de formation.

Venus de tous les horizons, étudiants ou régents en Belgique, en France ou au Luxembourg, les scolastiques de la Province se sont rassemblés pour échanger autour de la pastorale des jeunes. Au programme : retour sur le synode, prévention contre les abus, utilisation du numérique…

Voici le témoignage de Cédrick Mokonzi sj sur ces deux jours :

“Nous avons écouté deux invités de haute facture : d’abord, le jésuite Giacomo Costa, secrétaire du pape au Synode des évêques sur les jeunes, qui nous a fait une belle restitution de son expérience et de l’ambiance, qui a caractérisé les semaines du Synode.

Ensuite, l’intervention de Marie-Emmanuelle Ricouard, membre du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) et éducatrice de formation, qui nous a exhortés sur “les bonnes pratiques à mettre en œuvre dans notre travail avec les jeunes pour éviter toute forme d’abus”. Plusieurs études de cas ont été abordés et discutés en petits groupes avant la plénière de la fin pour une reprise d’ensemble avec une insistance de l’oratrice sur la connaissance de la législation en la matière, le sens de référence, la pédagogie de la décision, le discernement mûrement approfondi et une bonne dose de bon sens.

Par ailleurs, le week-end de formation fut une belle opportunité d’écouter de vive voix du P. Sylvain Cariou-Charton, délégué du Provincial pour la pastorale des jeunes adultes, qui nous a brossé un tableau très prometteur et motivant sur la bonne santé de cette pastorale dans notre Province jésuite. Dans cette intervention, c’est le trait d’union, mieux, le lien quasi indissociable entre la pastorale des jeunes et la promotion des vocations, qui m’a frappé. Il est question d’accompagner les jeunes à partir du moment où surgissent en eux des interrogations existentielles de l’ordre de : “Que faire de sa vie ?”, “Comment entrevoir son avenir ?”, “Quelles sont les aspirations profondes de son être ?”, “A quelle profession j’aspire ?”, “Où en suis-je avec mon affectivité, avec ma vie de foi ?”, etc. La peur de se confronter à cette forme d’incertitude nécessite ainsi un accompagnement qui rassure, qui édifie et qui réconforte. Une présence apostolique en milieu des jeunes requerrait un témoignage de vie beaucoup plus éloquent et édifiant qu’une simple annonce de l’Évangile.

Pour sa part, le Père Grégoire Le Bel, responsable du service jésuite des vocations dans la Province, a souligné l’extrême importance de l’apport et de l’exploitation créative du numérique en pastorale des jeunes ; les jeunes sont plus les fils de leur époque que ceux de leurs pères, et cela à divers endroits dans la Compagnie universelle. C’est ainsi qu’une partie de la journée a été consacrée à une présentation de différentes activités organisées pour des jeunes dans les différentes assistances auxquelles appartiennent les scolastiques jésuites présents dans la Province : du Rwanda-Burundi aux États-Unis en passant par l’Inde, le Proche-Orient et la Suisse/Autriche.

Enfin, le P. Xavier Nucci, délégué pour la formation, nous a succinctement présenté les différents lieux d’apostolat pour l’été prochain aussi bien à Lourdes, à Taizé, au sein de JRS France (Jesuit Refugee Service), du MEJ, et d’autres mouvements de jeunes, dans lesquels nous pouvons œuvrer en bons “multiplicateurs de l’Évangile”, communiquant la joie et les richesses de notre vie de foi à d’autres, selon la ligne de conduite tracée par le Christ lui-même : “Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement” (Mt 10:8).

Investis d’une telle mission, dans le recueillement, la prière et le partage, nous avons goûté intérieurement aux fruits de l’Esprit de Dieu, qui habite nos silences et notre cœur ; un moment de grande communion spirituelle comme corps apostolique.

Cette rencontre fut belle et fructueuse, un moment précieux et mémorable. Très vite, nous avons appris à sympathiser et à faire connaissance. Cela rejoint bien l’exhortation du P. Xavier Nucci selon laquelle nous devons apprendre à bâtir, déjà comme jeunes en formation, de solides relations de compagnonnage et d’amitié en véritables amis dans le Seigneur et en authentiques Compagnons de Jésus. Le rayonnement de cette amitié fraternelle heureuse et le vibrant témoignage de notre vie de foi embraseront comme le feu de l’Esprit les cœurs de milliers des jeunes autour de nous.

Cédrick Mokonzi sj,
de la communauté Pedro Arrupe de Vanves