En France comme en Belgique, le mouvement des “gilets jaunes” est révélateur d’une crise profonde de la société qui nous interroge sur le lien entre justice sociale et exigences environnementales. Les revues jésuites apportent leur éclairage pour comprendre et prendre du recul sur ce phénomène. Sélection de quelques articles :

Avec la revue Etudes

  • “La précarisation des classes moyennes” : entretien avec Christophe Guilluy, revue Etudes, décembre 2018

Depuis la publication de La France périphérique et du Crépuscule de la France d’en haut, le géographe Christophe Guilluy critique « un monde d’en haut », bénéficiaire des effets de la mondialisation, porteur d’une société ouverte et multiculturelle, mais cultivant les privilèges de l’entre-soi, aux antipodes de ce qu’il prône. Dans son dernier livre, No society, il rend compte de l’impasse d’un système économique libéral qui, après avoir sacrifié les ouvriers et les paysans sur l’autel de la mondialisation, est en train de détruire les classes moyennes.

“Depuis plus de vingt ans, je constate que le modèle économique libéral a d’abord sacrifié les ouvriers puis les paysans, les territoires industriels puis certaines zones rurales et enfin de nombreuses petites villes moyennes ; quand on met bout à bout ce qu’on appelle ces marges, on se rend compte que ce ne sont pas du tout des marges mais un ensemble beaucoup plus vaste, qui touche le cœur de la société elle-même, et qui porte les valeurs de la société occidentale. Je désigne par « classe moyenne » cet ensemble de la population qui n’est pas seulement défini par une question de revenus ; quand elle se portait bien, deux Français sur trois, l’ouvrier, l’employé, le paysan et le petit fonctionnaire, avaient l’impression de faire partie d’une catégorie qui était précisément cette classe moyenne, avec toutes les vertus de la classe moyenne, c’est-à-dire l’intégration économique et sociale, l’intégration politique avec des partis politiques vraiment représentatifs et une intégration culturelle avec un partage de goûts et de valeurs. La classe moyenne était porteuse de l’espérance d’une contribution au bien commun et d’une ascension sociale possible, avec l’idée que les enfants auraient un avenir meilleur. Ce concept de classe moyenne comme catégorie intégratrice et porteuse de valeurs de la société explose aujourd’hui.”

  • Sur le blog de la rédaction d’Etudes

« Un moment historique » > Lire le billet

« Questions de fiscalité » > Lire le billet

« Gilets jaunes » > Lire le billet

  • A venir dans le numéro de janvier 2019 de la revue Etudes, un article collectif de Gaël Giraud, Felipe Korreales et Cecilia Poggi sur “Les inégalités dans le monde, où en est-on ?
    > Lire l’article
    (abonnés)
  • Interview dans le journal La Croix : “On recrée du lien social dans l’affrontement”, par Nathalie Sarthou-Lajus, philosophe, rédactrice en chef adjointe de la revue Etudes

“Les inégalités sont perçues comme profondément injustes. Elles détruisent la cohésion sociale et engendrent du ressentiment, de la défiance. Si globalement, la mondialisation a permis de les réduire à l’échelle du monde, elles se sont accrues au sein des pays occidentaux. La mondialisation favorise surtout une élite qui concentre toutes les richesses économiques et culturelles.”

Lire l’interview dans La Croix

Avec la revue Projet

L’alliance entre progrès social et respect de la maison commune est au cœur de la réflexion de la revue Etudes. Puisqu’il est de la responsabilité de chacun de bâtir un monde plus juste, soutenable et solidaire, la revue partage une sélection d’articles et d’entretiens proposés en accès libre pendant un mois.

  • « Repenser les inégalités face au défi écologique »

Par la Revue Projet et un collectif d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées
Lutter contre les inégalités est le leitmotiv de bien des mobilisations. Mais la finitude de notre planète oblige à renouveler la réflexion. Une tâche à laquelle s’est attelé, avec la Revue Projet, un groupe d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées. D’où un texte fort, qui refuse d’opposer enjeux sociaux et environnementaux et qui inspire le colloque « Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (16 au 18 fév. 2017).
Lire la suite

  • « Manger ou se chauffer, il faut choisir ! »

Par l’association Magdala
À Lille, un groupe de personnes en situation de précarité a engagé, avec l’association Magdala, une réflexion et des actions sur le logement écologique, l’alimentation biologique, l’accès à l’eau… Il nous livre ici le fruit de ses échanges sur la transition énergétique et la justice sociale.
> Lire la suite

  • Pourquoi partager le pouvoir ?

Par Jean Caron
On voit souvent le pouvoir comme un jeu à somme nulle. Ce qui serait cédé ou conquis le serait forcément au détriment d’un autre. D’où bien des réticences à le partager. Mais est-il réellement entamé par la participation ? Le pouvoir collectif ne s’en trouve-t-il pas, au contraire, accru ?
> Lire la suite

  • Arrêtons l’humiliation !

Par Olivier Abel
Trop de femmes, d’hommes, d’enfants, se sentent régulièrement humiliés. Souvent ignoré, ce sentiment peut entraîner des dégâts considérables : se propager à toutes les sphères de la vie et amener l’humilié à devenir à son tour humiliant. Nos institutions permettent-elles à chacun de trouver sa place ? Une interrogation pressante.
Lire la suite

Avec la revue En Question

Le Centre Avec, à Bruxelles, recommande la lecture de deux articles sociologiques de sa revue En Question : l’étude “Changer de regard sur la politique” et l’analyse “Le socle européen des droits sociaux“. Par ailleurs, le nouveau numéro de la revue En Question porte sur les personnes isolées et en marge de la société. En ce temps de Noël, ce numéro peut aussi résonner comme une invitation à faire un pas vers les plus pauvres. Et à se laisser toucher par la force de leurs convictions.

“Ils ont bien souvent le sentiment d’être oubliés. Délaissés. Ils se trouvent dans la rue, sont sans papiers ou sans domicile, incarcérés… Et pourtant, ils sont comme tout le monde ! Avec leurs joies, leurs peines, leurs aspirations. Et leur quête de sens. Car eux aussi s’interrogent sur le monde et redoutent ses dysfonctionnements. Se questionnent sur l’avenir et s’inquiètent pour celui de leurs enfants. Cherchent une réponse, un sens, une espérance. Croient en l’homme, en Dieu, en Allah. Ou ont perdu toute foi. Le nouveau numéro de la revue En Question, vous emmène à la rencontre de laissés pour compte et de ceux qui les accompagnent. Dans ces zones de pénombre, de manière parfois étonnante, la lumière continue à briller.”

> En savoir + sur le n° 127 de la revue En Question “La quête de sens aux marges de la société”

Avec la revue Archives de Philosophie

Le prochain numéro des Archives de Philosophie, dont le titre est “Raison et société dans le premier Habermas”, sortira en janvier 2019. Il comprend la traduction d’un texte de Jürgen Habermas sur la participation politique face aux transformations du capitalisme et aux sollicitations adressées à l’État social – texte majeur pour suivre toute l’évolution de la théorie habermassienne mais aussi pour prendre du recul sur les évènements actuels. Laurent Gallois, rédacteur en chef de la revue, présente ce nouveau numéro :

“Quand l’exercice du pouvoir politique prend le caractère simplement fonctionnel d’un pouvoir administratif, il est incapable de produire la légitimité dont il a besoin: il s’est éloigné de l’exigence d’une légitimité associée à la souveraineté du peuple. Le pouvoir politique est alors structurellement voué à décevoir les attentes qu’il suscite et à installer la société dans la conviction d’être mise sur le banc, de ne plus être représentée. Le dossier Raison et société chez le premier Habermas, permet de lire la crise actuelle qui éclate avec le mouvement dit des “gilets jaunes”.”

> En savoir + sur les Archives de Philosophie

Avec la Nouvelle Revue Théologique

Le nouveau numéro de janvier 2019 de la Nouvelle Revue de Théologie présente un article sur “La morale et le droit”.

> En savoir +

Avec America Mag, la revue jésuite américaine de foi et de culture

Les “gilets jaunes” qui manifestent en France semblent avoir peu en commun avec les étudiants de toute l’Europe qui protestent contre le changement climatique. Malgré des différences d’âge et de statut économique, ils peuvent être motivés par des préoccupations sous-jacentes similaires. Avec l’analyse des jésuites Grégoire Catta (Conférence des Évêques de France), Marcel Rémon (CERAS) et Frédéric Rottier (Centre Avec).

> Lire l’article (en anglais) du 8 mars 2019 : “La peur de l’avenir unit les gilets jaunes et les manifestants contre le changement climatique”

Pour approfondir 

  • “Le lien social, c’est ce qui fait qu’une société tient debout”

Dans un entretien donné au Monde, Gaël Giraud sj, chef économiste de l’Agence française de développement, s’alarme de la distance croissante entre riches et pauvres. Le lien social est ce qui fait qu’une société tient debout. Réduire les inégalités permet de prévenir les déchirures de ce lien. A l’occasion de la conférence du 7 décembre 2018, organisée par l’Agence française du développement (AFD) sur le thème « Inégalités et lien social », il insiste sur l’interdépendance entre égalité et solidarité.

Lire l’entretien (en accès libre)

  • L’appel des évêques de France à la réflexion et au dialogue

Dans un « appel aux catholiques de France et à nos concitoyens », publié le 11 décembre, le conseil permanent de la Conférence des évêques de France souligne que l’Eglise peut apporter sa contribution pour aider la société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Les évêques suggèrent de susciter partout où ce sera possible des groupes d’échanges et de propositions en invitant très largement d’autres personnes, partageant ou non notre foi, qui peuvent être intéressées d’y participer et d’y apporter leurs idées.

> Lire la déclaration sur le site de la Conférence des Évêques de France

  • “Gilets jaunes : derrière la crise sociale, une crise de la démocratie” : réécouter la conférence du Mardi d’éthique publique le 15 janvier au Centre Sèvres

Le mouvement des Gilets jaunes, né de revendications sur le prix du gas-oil, a accouché dans la violence de toutes sortes d’exigences, dont l’institution d’un référendum d’initiative citoyenne. Un symptôme, parmi beaucoup d’autres, d’une crise de la démocratie représentative qui affecte la France après plusieurs pays européens. Qu’elle passe par les réseaux sociaux ou par l’arrivée au pouvoir de partis populistes, la crise est partout la même : le contrat de confiance entre gouvernants et gouvernés est déchiré.

> Réécouter la conférence du dernier Mardi d’éthique publique sur les “Gilets jaunes : derrière la crise sociale, une crise de la démocratie”