Prions pour que tous ceux qui rendent la justice travaillent avec intégrité et que l’injustice qui traverse le monde n’ait pas le dernier mot.

L’intention de ce mois de juillet est double. Elle concerne ceux qui administrent la justice et aussi l’injustice qui court dans le monde. Qu’elle n’ait pas le dernier mot !

“Des décisions prises par les juges influent sur les droits et les biens des personnes. Leur indépendance doit les préserver du favoritisme, des pressions qui peuvent contaminer les décisions qu’ils doivent prendre. Les juges doivent suivre l’exemple de Jésus, qui ne négocie jamais la vérité. Prions pour que tous ceux qui rendent la justice travaillent avec intégrité et que l’injustice qui traverse le monde n’ait pas le dernier mot.”

Le mot du P. Daniel Régent sj, Directeur du Réseau Mondial de Prière du Pape pour la France

Nous prions d’abord pour des personnes chargées de rendre justice. Cette tâche et ce lieu sont tout à la fois beaux et redoutables. Lorsque deux intérêts divergents se confrontent, il faut chercher à établir les faits, déterminer où se trouvent les torts, sanctionner selon la loi et, à travers ce travail, soigner le tissu social. Or la justice est un lieu où souvent les passions sont exacerbées et avec les passions, les pressions de toutes sortes : politiques, financières, sociales. La médiatisation des affaires est aussi un instrument de pression. Les personnes concernées ne sont pas seulement les juges, mais toute personne qui de près ou de loin sera amenée à intervenir ou à commenter : juge, juré, avocat, mais aussi enquêteur, greffier, journaliste, associations militantes ; et encore, les politiques qui proposent les lois, les juristes qui les rédigent, etc… Les lois peuvent être injustes en favorisant des intérêts financiers particuliers ou certaines catégories de personnes. L’expérience dans le monde et dans l’histoire montre que tous les moyens peuvent être utilisés pour fausser la balance de l’équité et ensuite de la justice. Le manque d’intégrité commence loin des prétoires. Les juges se trouvent au bout de la chaîne et il serait dérisoire de les accabler sans reconnaître qu’ils reçoivent parfois des dossiers empoisonnés.

Nous prions également pour que l’injustice qui traverse le monde n’ait pas le dernier mot. Il faut le reconnaître, la passion traverse les mers et les cœurs. L’idée que quelqu’un se fait de ce qui est juste n’est pas une idée universelle mais particulière. Quelle personne, quel pays peut affirmer seul que telle attitude concernant l’immigration est juste ; que c’est à tel ou tel pays de faire plus d’efforts pour la protection de la planète ? La peur est bien mauvaise conseillère et elle est partout à l’œuvre ; la recherche du confort personnel est une tentation qui aveugle. La justice qui réclame de jouir au moins d’autant de biens que les autres mène à la guerre. Oui, l’injustice qui traverse le monde est un monstre qui veut prendre le pouvoir et fait de ses serviteurs des tortionnaires pour les autres et des esclaves pour eux-mêmes. Face à ce monstre, il n’y aurait que la faiblesse. Le choix alors n’en serait pas un.

La réponse de Jésus à tout cela est lapidaire :

« Heureux les persécutés pour la justice, le Royaume de Dieu est à eux » (Mt 5,10).

Il ne s’est pas payé de mots, il a pleinement vécu cela. Ceux qui le suivent sur ce chemin connaîtront la véritable paix, souvent au cœur des épreuves. Le Seigneur est le juge et l’avocat qui met au large la vie de chacun. Fions-nous à lui ; en lui l’injustice n’a pas le dernier mot. L’expérience prouve qu’il ne ment pas.

P. Daniel Régent sj,
directeur national du RMPP

Qu’est-ce que le Réseau Mondial de Prière du Pape ?

Le Réseau Mondial de Prière du Pape est au service des défis de l’humanité et de la mission de l’Église, qui s’expriment dans les intentions de prière du Pape. C’est un service ecclésial du Saint-Siège confié à la Compagnie de Jésus.

Un réseau ecclésial de prière.
Nous invitons à prier et à se mobiliser pour les défis de l’humanité et de la mission de l’Eglise exprimés par le Saint-Père. Ces intentions de prière de l’Eglise Universelle sont des clés pour notre prière et pour notre mission.

Une mission de compassion pour le monde.
Nous invitons à être apôtres dans la vie quotidienne, à travers un chemin spirituel appelé « Chemin du coeur », qui nous transforme en profondeur pour servir la mission de l’Eglise. La spiritualité du Coeur de Jésus est notre fondement.

« Je voudrais vous inviter à vous unir au Réseau Mondial de Prière du Pape qui diffuse, notamment à travers les réseaux sociaux, les intentions de prière que je propose chaque mois à toute l’Église. De cette façon, on poursuit l’Apostolat de la Prière et on fait croître la communion »

Pape François, Angélus du 8 janvier 2017

L’Apostolat de la Prière a été fondé en 1844 en France. En 1879 il a reçu ses premiers statuts, approuvés par le Pape Pie IX, revus et approuvés par le Pape Léon XIII en 1896. Celui-ci a lié ce réseau de prière directement au Saint-Siège et l’a confié à la Compagnie de Jésus. En 1951 Pie XII a approuvé de nouveaux statuts. Le Pape François, en juillet 2016, a nommé le P. Frédéric Fornos SJ directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape – MEJ. A cette occasion, il a demandé que désormais la nomination des directeurs nationaux soit approuvée par les Conférences Episcopales.

De nouveau statuts ont été approuvés par le Pape François en mars 2018 et le Réseau Mondial de Prière du Pape a été constitué Œuvre Pontificale, avec son siège dans la Cité du Vatican.

En quelques chiffres

Réseau Mondial de Prière du Pape – 98 pays – 35 millions de catholiques
Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) – 56 pays – notre branche jeunesse, avec 1,6 millions d’enfants et de jeunes (5-25 ans)

> Site international du Réseau Mondial de Prière du Pape

> Photo : © Site internet du Réseau Mondial de Prière du Pape (ex – Apostolat de la Prière)

> Visionner les autres vidéos des intentions du Pape sur Youtube