En décembre dernier, Paris a donc accueilli 195 pays et près de 150 chefs d’État pour avancer vers un accord global de réduction des émissions de CO2 à l’occasion de la 21e Conférence des Parties. Les grandes entreprises internationales étaient également présentes dans les cycles de négociation.

Deux mois après la COP 21

De même, la société civile a pu participer à de nombreuses rencontres en marge de l’événement, à travers des ONG, des collectivités publiques, des associations,… Ainsi une dizaine de jésuites du monde entier se sont retrouvés dans la capitale à cette occasion pour partager leurs expériences et soutenir des actions de plaidoyer autour de la justice climatique dans la mouvance de Laudato Si. Deux mois après cet évènement, que retenir ?

Le climat en quelques chiffres

Aujourd’hui, notre atmosphère est comme une bouteille à deux tiers pleine, qui se remplirait de carbone. Depuis 200 ans, 500 milliards de tonnes de carbone ont été émis par la combustion de ressources fossiles ce qui entraîne une augmentation d’un phénomène naturel, l’effet de serre. Cela conduit à un réchauffement global dont les effets sont perceptibles un peu partout dans le monde. La température moyenne mondiale a augmenté de 1°C. Il semble peu probable aujourd’hui que l’on évite un réchauffement de 2°C, correspondant à 250 milliards de tonnes de carbone supplémentaires. Ces chiffres peuvent nous sembler peu significatifs, en réalité cela signifie des modifications très fortes des régimes de pluies et des températures dans certaines régions du monde. De plus, cela conduit également à la montée du niveau des océans. Ces deux phénomènes entraînent des migrations de plus en plus nombreuses de personnes vivant sur les zones côtières ou dans les régions semi-arides, principalement dans les pays du Sud. Dans les années à venir, toutes les émissions que nous allons émettre auront un impact. Aussi, il faudra laisser sous terre des ressources disponibles en pétrole pour éviter d’aggraver encore la situation climatique. C’est un choix politique, économique, social qui se joue aussi bien au niveau international qu’à notre échelle.

Des propositions pour avancer personnellement

– Le carême est un temps de conversion : Pourquoi ne pas envisager un geste ou une attitude plus écologique : transport, déchet, énergie, alimentation… Je peux m’inspirer des fiches Ecojesuit déjà reçues disponibles sur le site des Jésuites de la Province d’Europe Occidentale Francophone.

– Le « coup de pouce » du Pape François : Les chaussures du Pape François place de la République le 29.11.15 (Source : Twitter) : le jour d’ouverture de la COP 21, pour soutenir la marche pour le climat, qui a été annulée du fait des attentats, le Pape s’est fait proche des marcheurs. Une invitation à faire chacun, un petit pas de plus…

> Des ressources pour aller plus loin :
Le témoignage de Pedro Walpole sj aux Philippines au retour de la COP 21 sur le site Ecojesuit :
La Revue Projet n°344, L’énergie au XXIème siècle, le sens des limites ? p 6-14

> Télécharger la fiche Ecojesuit n°5