Le pape nous appelle à la conversion écologique dans Laudato Si’. Et la Compagnie de Jésus aussi, avec l’une des 4 préférences apostoliques. Mais devant l’ampleur de la tâche et l’échelle planétaire des enjeux, le découragement peut nous guetter, une telle conversion peut parfois nous paraître vaine ou impossible.

Dans le combat spirituel, l’ennemi n’est pas loin, cherchant le côté le plus faible pour attaquer…

Le découragement, une tentation

Conversion écologieFace à cette tentation, peut-être pouvons faire mémoire de deux phrases :

1. A Noël 2018, Gauthier Chapelle citait Vaclav Havel : « L’espoir est un état d’esprit (…) C’est une orientation de l’esprit et du cœur (…) Ce n’est pas la conviction qu’une chose aura une issue favorable, mais la certitude que cette chose a un sens, quoi qu’il advienne. ». Invitation à durer sur le chemin de notre conversion écologique à laquelle nous sommes tous appelés.

2. L’autre phrase est souvent attribuée à Jean-Paul II : « Un chrétien seul est un chrétien en danger ». On pourrait préciser cette phrase : « Un chrétien qui marche seul sur son chemin de conversion écologique est un chrétien en danger ». Comment trouver du sens, comment ne pas se laisser isoler ? Voici quelques pistes simples et concrètes.

Quelques ressources en ligne

Partout, des gens « normaux » cherchent ensemble à inventer de nouveaux modes de vie, y compris dans la sphère chrétienne. Nous vous invitons à être attentif à tout ce qui germe, aux initiatives porteuses de sens. Sans doute faut-il sortir de nos médias habituels et explorer d’autres ressources. En voici quelques-unes (simples suggestions, il y en a d’autres, n’hésitez pas à explorer et trouver ce qui vous convient le mieux !) :

  • https://eglisesetecologies.com/
    Blog tenu par le P. Dominique Lang, Assomptionniste. Ce blog se fait écho de nombreuses initiatives chrétiennes et écologiques. De quoi nourrir notre espérance et notre envie d’agir en église.
  • https://www.ecojesuit.com/?lang=fr
    Ce site est le « grand frère » des fiches que vous lisez tous les mois dans la Province. Il présente différents projets écologiques et sociaux soutenus par la Compagnie et partage des réflexions venues de compagnons des quatre coins de la planète.
  • https://www.demain-lefilm.com/apres-demain/les-projets
    Si vous n’avez pas vu le film Demain, il n’est pas trop tard ! L’engouement qu’a suscité ce film depuis 2015 est certainement lié au fait qu’il montrait justement un tas d’initiatives et de solutions déjà existantes. Pour en explorer un peu plus, le site propose une liste de projets que les internautes ont envoyés en réponse au film. La consultation de ces pages peut aussi nourrir notre prière de demandes et d’actions de grâce.

Entrer en relations concrètes

Pour nous motiver, l’information numérique c’est bien mais les relations directes c’est mieux, et particulièrement avec des personnes qui ont une longueur d’avance ! A explorer autour de vous :

  • Des lieux comme une AMAP ou une Ruche qui dit oui (ventes directes par des producteurs), être sociétaire d’une coopérative de production électrique verte comme Enercoop
  • Des jardins partagés, un groupe écologique à la maison de quartier, etc.
  • L’institution éducative locale, le diocèse, le réseau ecclésial local. Ce sont peut-être des lieux où agir avec d’autres, où trouver des femmes et des hommes, des adultes et des jeunes qui ont envie d’avancer mais se sentent eux-aussi seuls.
  • Et bien sûr, nos communautés, pour échanger (nos recherches, nos informations, nos doutes, nos réussites, nos résistances), mener des petits projets ensemble, prier régulièrement pour la préservation de l’environnement, etc.

Le coup de pouce du Pape François

“Marchons en chantant. Que nos luttes et notre préoccupation pour cette planète ne nous enlèvent pas la joie de l’espérance.” Laudato Si’ 244

> Télécharger la Fiche Ecojesuit n°22 – S’informer, entrer en relation