La Province jésuite d’Europe Occidentale Francophone se réjouit pour les jésuites ordonnés diacres le samedi 6 avril. Ils ont été ordonnés par Mgr Verny, évêque auxiliaire de Paris.

“Quand je suis entré dans la Compagnie il y a 60 ans, je pensais faire un grand cadeau à Dieu. Entre-temps je me suis rendu compte que c’est Dieu qui m’a fait un grand cadeau !” Monseigneur Verny citait un jésuite qu’il avait entendu, alors qu’il était élève à Franklin-Saint-Louis de Gonzague, à Paris.

Ce jésuite en question fêtait son jubilé de soixante ans de vie religieuse, et cette phrase avait fait mouche chez le jeune élève. L’évêque se sentait donc “chez lui” pour imposer les mains aux douze jésuites.

Cette célébration était à l’image de la Compagnie de Jésus, dispersée au quatre coins du monde. En effet, parmi les douze ordinands, la moitié était originaire d’Inde : Jyoti Paul Baxla et David Minj viennent de la Province de Ranchi, Maria Annaraj et Michael Panimaya Raj viennent du Maduré ; quant à Sharat Nellinikumthadathil Adhul Ullopillil, ils viennent du Kerala. Quatre compagnons viennent d’Europe : Nicolo Mazza d’Italie, Martin Föhn de Suisse, et Quentin Lamy ainsi que Gonzague Lalanne-Berdouticq de France. Quant à Levelt Michaud venant de Haïti, et Grant Tungay d’Afrique du Sud, ils complétaient les continents représentés.

Ce fut une célébration également pleine d’humilité, de joie et d’harmonie entre les cultures qui se rencontrent et se fécondent mutuellement. Ainsi, une litanie à l’Esprit Saint, aux accents de Taizé, a croisé les langues allemande, anglaise et française ; une procession d’offrandes aux accents créoles, une autre procession pour la doxologie aux accents indiens ; nous avons chanté également en italien et même en Malayalam. En ce 5ème dimanche de Carême, il y avait déjà un avant-goût de Pentecôte.

Quentin Lamy et Gonzague Lalanne-Berdouticq seront ordonnés prêtres par Mgr Jachiet, évêque auxiliaire de Paris, le 23 novembre 2019.

Extraits de l’homélie de Mgr Verny, évêque auxiliaire de Paris

Chers frères, voici plusieurs années, vous avez pris la décision d’entrer dans la Compagnie de Jésus. Rappelez-vous, cette décision a été ô combien marquante pour vous, pour vos familles et vos amis.

Cette décision a pu provoquer autour de vous différentes réactions : de la joie, de l’étonnement, de la perplexité, et peut-être aussi de l’incompréhension. Pour vous, cette décision a signifié sans aucun doute une rupture dans vos vies. Cette décision a été un choix marquant, une étape et un engagement dans vos cœurs.

Au regard de l’ordination sacerdotale qui pointe à l’horizon, certains pourraient considérer la célébration d’aujourd’hui comme une simple étape, pour ne pas dire une formalité, pour vous permettre enfin d’être prêtres.

Il n’en est rien. Cette ordination diaconale vient en effet marquer de manière irréversible vos vies.

Vos ministères iront bien souvent à contre-courant de l’esprit de la société et des mentalités. Déjà de son temps, Jésus a rencontré l’adversité. Et pourtant le monde a soif de la proclamation de la Bonne Nouvelle et de la joie parfaite que nous donne le Seigneur. Notre monde a besoin de la gratuité du don et du témoignage du service. Aussi, sommes-nous dans l’action de grâce pour ce que nous vivons aujourd’hui.

> Lire l’homélie en intégralité

> Voir l’album sur Flickr

Présentation des nouveaux diacres

Jyoti Paul Baxla appartient à la province de Ranchi, au Nord-est de l’Inde. Né à Jharkhand en 1988, neuvième d’une famille de dix enfants, il est élevé dans une famille catholique pratiquante avec ses huit frères et sa sœur. Alors qu’il grandit dans cette atmosphère religieuse, son jeune esprit est fasciné par la vie sacerdotale. À l’âge de onze ans, au collège jésuite, il rencontre les jésuites, qui jouent un rôle majeur et façonneront sa vocation religieuse. Édifié par leur vie dévouée au service d’une plus grande gloire de Dieu, il entre en 2006 dans la Compagnie de Jésus pour la province de Ranchi. Au cours de sa formation, il réussit un diplôme en littérature anglaise et un master en philosophie. Ensuite, il fait sa régence comme enseignant d’anglais au pré-noviciat pendant deux ans, avant d’arriver à Paris en 2016 pour entamer un premier cycle de théologie. Animé par l’amour du Christ et le désir de le servir auprès des personnes dans le besoin, il est heureux de consacrer toute sa vie au service de l’Église. Il rend grâce à Dieu particulièrement pour le don de la vocation sacerdotale et tout ce qu’Il a été pour lui jusqu’à ce jour dans et à travers toute la création.

Martin Föhn est né au centre de la Suisse en 1982. Il apprend à 15 ans, le métier de son père, celui d’agriculteur. Pensant avoir une vocation missionnaire, il s’embarque en 2002 pour l’Amérique du sud. Mais il découvre que ce n’est pas sa vocation et rentre en Suisse où il effectue des études de pédagogie de la religion. Il commence ensuite à enseigner et à travailler auprès de jeunes. En 2009, il fait les Exercices spirituels et rencontre les jésuites. Les Exercices et l’atmosphère de la maison l’attirent et la vocation pour une vie plus spirituelle remonte en lui. Il entre donc dès 2010 dans la Compagnie de Jésus. Après avoir achevé son noviciat et ses études de philosophie à Munich, il entame une régence, qui le mène à Zurich dans l’aumônerie des étudiants de l’Université. Depuis 2017, il étudie la théologie à Paris.

Né en 1988, Sharath Nellinilkumthadathil est le deuxième d’une famille de trois enfants. Élevé dans la foi chrétienne, il grandit dans un petit village du nord du Kerala, où il est membre actif de l’association de la Cherupushpa Mission League, organisation missionnaire de laïcs inspirée de la spiritualité de Thérèse de Lisieux. La rencontre avec un jésuite, ami de son père, ainsi que son désir de servir Jésus le conduisent progressivement vers le noviciat de la Compagnie de Jésus, où il entre en 2007 pour la province du Kerala. Après une licence en physique, il étudie la philosophie à Pune puis part en régence dans l’école jésuite de Kanjirapally, où il fait la riche expérience de rencontrer et de travailler avec des personnes d’horizons différents. Il est alors envoyé à Paris pour étudier la théologie. Il y découvre une autre culture et une nouvelle approche de la foi. Il est reconnaissant à sa famille et aux nombreux jésuites et laïcs qu’il a rencontrés dans son cheminement vocationnel.

Maria Annaraj Kulanthai Samy est né à Mariathaipuram (Inde) en 1985 et est le deuxième d’une famille de quatre enfants. Il a fait ses études dans une école de son village gérée par les Sœurs de la Croix de Chavanod et ce sont elles qui lui ont fait découvrir l’amour et la miséricorde infinie du Christ et l’ont aidé à trouver sa vocation : rejoindre la Compagnie de Jésus. C’est ainsi qu’après deux années d’études scientifiques dans le collège jésuite de Palayamkottai, il est entré en 2004 dans la compagnie de Jésus où il a approfondi sa connaissance de saint Ignace et de sa spiritualité. Au fil des années, il a été envoyé dans plusieurs lieux pour suivre sa formation : juvénat au Kerala, master en physique au Tamil Nadu, philosophie à Pune et régence dans deux écoles jésuites comme enseignant. Depuis 2016, Il étudie la théologie au Centre Sèvres et s’est investi cette année dans la catéchèse des élèves du collège de Franklin.

Gonzague Lalanne-Berdouticq est français. Il est né en 1981, à Sarrebourg, au gré des mutations paternelles. Il est troisième d’une famille de quatre, dans laquelle la foi catholique est nourrie par Ars et la dévotion au Sacré-Cœur. Son passage au Prytanée National Militaire lui donne de conserver de bons vieux copains. Après des études d’ingénieur à Saint-Etienne, Gonzague aspire à servir le bien commun et étudie alors le droit et la science politique. Un stage au Brésil réveille en lui un désir missionnaire et la rencontre de la spiritualité jésuite modèle sa relation au Christ et le conduit à choisir d’entrer au noviciat en 2009. Dans ses engagements auprès des étudiants au sein d’œuvres de la Compagnie, Gonzague rend grâce de participer à former tout l’Homme, tant spirituellement, qu’humainement. Actuellement en master de théologie et aumônier des prépas du lycée Saint Louis de Gonzague, il aime beaucoup rire, rencontrer des gens improbables (notamment en Blablacar) et partager de bons repas. Il est émerveillé par la mission de la Compagnie qui tente d’éveiller chez les étudiants la grâce de choisir la vie et participe ainsi à construire la société de demain.

Quentin Lamy est français. Il naît dans une famille nombreuse, où il reçoit une éducation catholique. Mais ses questionnements d’adolescent lui font porter un regard critique sur la foi chrétienne. Il se “convertit” en école de commerce, et reconnaît que le Christ l’appelle à devenir prêtre. Il entre au séminaire de Paris, où il étudie des théologiens jésuites, et où il découvre la spiritualité ignatienne dans l’accompagnement et dans la pratique des Exercices spirituels. Il en vient à rejoindre la Compagnie, avec joie. Au long de ses années comme scolastique, il apprécie le sérieux de la formation intellectuelle, mais aussi la formation humaine, qui ouvre son regard à des réalités qu’il ignorait. Ainsi, durant deux années de régence au Liban, il travaille dans une école du JRS (Jesuit Refugee Service) pour les réfugiés syriens. Cette année, il termine un double master de philosophie et de théologie. Il a aussi le bonheur d’être aumônier des étudiants d’HEC.

Nicolò Mazza est sicilien d’origine et fils unique. Il est né en en 1983 et est diplômé en lettres classiques de l’Université Catholique de Milan. Il a reçu la foi chrétienne dans sa famille, en particulier de sa grand-mère maternelle. Grâce à la communauté monastique de Bose, il a rencontré en 2007 les jésuites de Villapizzone, à Milan. Fasciné par leur vie, il a demandé en 2010 d’entrer au noviciat de la Compagnie de Jésus à Gênes. Pendant deux ans, il a étudié la philosophie, d’abord à Padoue, puis à l’Université Grégorienne de Rome. Après les études de philosophie, il a été envoyé à Reggio de Calabre, où il a vécu pendant deux ans, s’occupant principalement de l’apostolat des jeunes (Mouvement Eucharistique des jeunes) et des migrants. Après sa régence, il est venu compléter sa formation en théologie au Centre Sèvres. Il est engagé dans l’animation d’un groupe biblique à l’église de l’Estrée, à Saint-Denis, et dans l’accompagnement spirituel des jeunes à l’église Saint-Ignace. En plus de l’étude de la théologie, il a également travaillé à temps partiel comme serveur dans un restaurant italien à Paris, et comme traducteur et professeur d’italien pendant le week-end. Passionné par la Bible et la littérature, il  est très heureux de consacrer sa vie au service de la Parole, à la formation des jeunes et aux ministères de la consolation et de la réconciliation, avec la Compagnie de Jésus, dans l’Église, pour le monde.

Né en 1986 à Léogane-Haïti, Levelt Michaud est le deuxième d’une famille de sept enfants. Il s’est posé la question de suivre le Christ alors qu’il était en troisième secondaire dans un collège anglican. A cette époque, par le biais de son cousin qui était lui-même séminariste anglican, il découvre la présence des jésuites en Haïti. Fasciné par leur style de vie et leur charisme, il entre en 2008 au noviciat à Port-au-Prince. En 2010, il entame des études philosophiques en République Dominicaine. En 2014, il retourne dans son pays pour la régence au cours de laquelle il enseigne la philosophie. Conjointement avec un autre scolastique jésuite, il fonde une revue liturgique en créole. Il collabore à l’accompagnement spirituel. En 2016, il arrive à Paris pour étudier la théologie au Centre Sèvres. Toujours désireux de dire oui à l’appel du Seigneur, il se remet entre les mains du Seigneur par le biais de la Compagnie de Jésus au service de l’Eglise universelle. Levelt rend grâce à Dieu pour sa fidélité à son égard.

David Minj est né à Gumla, Jharkhand en Inde, en 1988. Deuxième de deux enfants, il reçoit la foi chrétienne au sein de sa famille. Il reconnaît son désir de vocation dans la Compagnie de Jésus à la fin de ses études au lycée. Il a vécu en effet toute sa vie scolaire chez les jésuites qui ont nourri sa vocation. Le travail des jésuites dans l’éducation et au service de la libération de son peuple l’a aussi poussé à consacrer sa vie dans la Compagnie. La vie des missionnaires jésuites belges dans sa région continue à enflammer son désir. Entré dans la Compagnie de Jésus en 2006, il grandit dans la spiritualité ignatienne. Au fil des années il parcourt plusieurs étapes de sa formation : juvénat à Hazaribag, études en sciences politiques à Ranchi, master en philosophie à Chennai (Tamil Nadu) enfin régence pendant de 2014 à 2016 comme enseignant et responsable d’internat dans un collège à sa ville natale Gumla. À la fin de sa régence, sa Province décide de l’envoyer en France pour la théologie. Depuis 2016 il suit le premier cycle de théologie à Paris.

Adhul Thomas Ulloppillil est né en 1989 dans une famille appartenant au rite Syro Malabar, dans le Kerala, en Inde. Aîné d’une famille de deux enfants, il grandit dans un village marqué par la foi chrétienne. Le désir de devenir prêtre naît très tôt en lui et c’est un ex-jésuite qui lui parle de la Compagnie de Jésus. Il entre au noviciat en 2007 et prononce ses vœux en 2009. Il est ensuite envoyé dans plusieurs endroits pour parfaire sa formation : juvénat au Kerala, diplôme en biologie au Karnataka puis philosophie à Chennai. Il travaille ensuite comme régent pendant un an dans une maison de formation appelée pré-noviciat, où il est enseignant et ministre de maison. Depuis 2016, il étudie la théologie au Centre Sèvres, ce qui a été un défi stimulant grâce auquel il a appris à mieux se connaître et à vivre la beauté de l’universalité.vient de la province du Kerala, dans le sud de l’Inde. Il appartient au rite Syro Malabar. Il est reconnaissant envers l’œuvre de St Jean de Britto, jésuite missionnaire portugais du 17ème siècle qui a transmis le christianisme dans sa région et a inspiré aussi sa propre vocation. Il remercie sa famille pour la foi qu’il a reçue, et la Compagnie de Jésus qui lui a permis de commencer à la déployer dans sa vie et dans le monde.

Né en 1986, Michael Panimaya Raj est le cadet de cinq frères. Elevé dans la foi chrétienne, il a grandi dans un village du sud de l’Inde, région évangélisée par Saint Jean de Britto. Après ses études à l’école des frères du Sacré Cœur, Saint Louis-Gonzague, il est entré dans la compagnie de Jésus en 2003. Titulaire de masters en physique et en philosophie obtenus à Chennai et à Pune, il a fait une régence de deux ans comme directeur-adjoint au JRS-Afrique (Centrafrique et Cameroun) parmi des réfugiés. Depuis 2016, il étudie la théologie au Centre Sèvres. Il est heureux d’avoir rendu service à l’école Notre Dame de France de Vanves pour le catéchisme, à un projet de discernement vocationnel  “Maison Arrupe”  à Vanves et à l’équipe Magis pour un Parcours théologique. Il  a du goût pour la christologie et l’anthropologie. Il remercie ses frères jésuites et tous ceux qui l’ont aidé à grandir en Christ.

Grant David Tungay est né en Afrique du Sud, à Johannesburg, en 1980. Dernier d’une famille protestante de deux enfants, il rencontre les jésuites à l’aumônerie étudiante à l’université du Cap. Inspiré par leur spiritualité positive qui cherche toujours les signes de Dieu dans la vie quotidienne et par la communauté dynamique des étudiants, il rejoint l’Eglise catholique. L’expérience de l’amour de Dieu dans les Exercices Spirituels le conduit à entrer la Compagnie en 2007. Après son noviciat à Birmingham et sa philosophie à Londres en Angleterre, il a étudié les droits de l’homme à Johannesburg, où il a travaillé pour des organisations non-gouvernementales pendant sa régence (un temps de stage apostolique). En France, il est marqué par la chaleur de l’accueil donné aux étudiants étrangers à Paris et la joie de son travail avec les jeunes adultes dans une équipe Magis et avec Famille and Co.

> Lien vers l’événement