Présenté au festival de Cannes, le film-documentaire de Wim Wenders, Le pape François, un homme de parole, met en lumière la vision d’un homme engagé.

Le pape, les yeux dans les yeux

Wim Wenders nous invite à une immersion dans l’univers du pape François. Les yeux dans les yeux, face à la caméra, le pape nous interpelle, comme il n’a cessé de le faire depuis le début de son pontificat. François dénonce la dégradation de notre maison commune, qui entraîne pauvreté et exclusion. Il fustige le consumérisme, la corruption, le cancer du chômage… Ses mots sont simples et percutants. Le pape se fait catéchète autant que pédagogue. Mais, au-delà de ses paroles, ce sont aussi ses gestes qui crèvent l’écran et touchent les cœurs. On voit le pape laver les pieds des prisonniers, embrasser les enfants dans un hôpital, serrer la main des pèlerins… Au fil des images, c’est l’Évangile qui se déploie.

De Buenos Aires, où l’évêque Bergoglio appelle les hommes et les femmes, fils et filles d’un même Père, à se donner l’accolade, à ses voyages à travers le monde, il est le même homme. « Il est le pasteur du monde. Toute sa vie est une prédication. », nous dit la voix off.

Saint François, un référent

Wim Wenders nous invite aussi à découvrir la filiation entre le pape François et le poverello d’Assise. Saint François apparaît à l’écran sur des images de cinéma muet. Les paroles du pape, quelques jours après son élection, prennent toute leur consistance. Il disait alors : « J’ai choisi François, le nom de mon cœur (…). François, c’est pour moi l’homme de la pauvreté, l’homme de la paix, l’homme qui aime et préserve la création. »

C’est un sentiment d’urgence qui traverse le film et qui, à certains moments, peut laisser le spectateur désemparé face aux drames et à l’ampleur de la tâche. Mais le pape sait aussi souligner que beaucoup se joue dans les moments les plus simples de la vie. Il partage les conseils qu’il donnait aux personnes qu’il confessait à Buenos Aires : « perdre » du temps et jouer avec ses enfants, ne jamais finir un jour sans faire la paix et sourire parce que cette expression est « la fleur du cœur »…

François, un communicateur de talent

Le pape, comme l’a souligné le sociologue Dominique Wolton lors de l’avant-première le 12 septembre à Paris, confirme à travers ce film ses talents de communicateur hors pair. Ses paroles sont universelles et rejoignent chacun, là où il en est. Mais ce serait un tort de réduire ce film à un exercice de communication bien orchestré. C’est la cohérence entre ce que dit François et les gestes qu’il pose qui lui permet de faire porter, très loin, sa voix. Et c’est bien cela tout l’enjeu de ce film : faire découvrir à ceux qui n’ont plus de point de contact avec l’Église, la fraîcheur et l’actualité du message évangélique.

Le pape François, un homme de parole : un film à offrir et à regarder en famille, en équipe de partage de vie pour inviter ensuite chacun à évoquer ce qui le touche, le dérange, l’envoie vers le monde.

Anne Keller,
Directrice de la communication EOF
Source : Échos jésuites • no 2018-4, p.38

En savoir +

> Sortie en France : septembre 2018.

> Lire la critique de Marc Rastoin, jésuite cinéphile

> Présentation du film

> Organiser une projection près de chez vous : SAJE Distribution ou contact[at]sajeprod.com