Samedi 19 octobre, en la fête de Saint Jean de Brébeuf, neuf novices jésuites ont fait leurs premiers vœux dans la chapelle Saint-Jean-de-Dieu à Paris (XVème arrondissement). 

Franck (de la Province d’Afrique Occidentale), Théophile, Mathieu, Sébastien, Alexandre, Timothée, Mathieu, Louis, et Timothée (de la Province d’Europe Occidentale Francophone) ont prononcé leurs premiers vœux samedi 19 octobre dans la chapelle Saint-Jean-de-Dieu à Paris. La cérémonie était présidée par le P. Xavier Nucci sj, délégué du Provincial pour la formation, en présence du P. Thierry Anne sj, maître des novices.

Après avoir passé deux années au noviciat, ces jeunes jésuites ont prononcé des vœux d’obéissance, de pauvreté et de chasteté. Ils ont également promis d’entrer dans la Compagnie de Jésus pour leur vie entière.

Par ces premiers vœux, ces novices sont devenus « scolastiques », autrement dit « étudiants ». Ils font partie des 36 jésuites en formation de la Province d’Europe Occidentale Francophone (photo ci-dessous). Cette deuxième étape de l’intégration progressive à la Compagnie de Jésus est fortement marquée par les études de philosophie et de théologie, mais ce temps de formation ne se réduit pas à celles-ci. Les scolastiques entrent dans une « expérience » dont les dimensions sont tout à la fois intellectuelle, apostolique, et religieuse. Cette formation se fonde pleinement sur la spiritualité ignatienne, qui vise à trouver et chercher Dieu en toutes choses.

En début de célébration, Timothée, l’un des novices, a lu un mot d’accueil écrit par les neuf nouveaux jésuites.

Extraits  :

“Nous voilà à l’issue de ces deux belles années – deux longues années pour certains d’entre vous – de noviciat, où nous avons pu chacun examiner notre désir, par l’approfondissement de notre relation personnelle à Dieu, par une meilleure connaissance mutuelle avec la Compagnie de Jésus, et par l’expérience quotidienne de la vie communautaire avec des frères novices animés du même désir, mais aussi avec des jésuites en mission, notamment sur nos lieux d’expériments. […]

Ce désir et cet engagement au service des autres est la réponse à un appel, à une expérience personnelle du Christ : c’est quelque chose qui nous est donné. Dans cette vie que nous voulons à notre tour choisir, nous savons que nous avons été précédés par le Christ, et nous savons que ceux qui mettent leurs pas dans les siens ne seront jamais seuls, qu’il est l’ami fidèle : c’est cela être des compagnons de Jésus. Le signe de ce “plus grand amour” dont nous désirons vivre a donc la forme de la Croix, du corps livré par amour, signe mystérieux et paradoxal du don de soi jusqu’au bout, devant lequel nous prononcerons nos vœux au cours de cette célébration.”

En savoir + sur la formation d’un jésuite