Les églises jésuites à l’heure du Grand Débat

/, Foi, Culture et Raison/Les églises jésuites à l’heure du Grand Débat

Les églises jésuites à l’heure du Grand Débat

L’église Saint-Ignace à Paris et l’église Saint-Ferréol à Marseille ont proposé des temps de rencontre et de débat, en partant du questionnement des évêques de France, diffusé en décembre dernier : il s’agit de réagir face au malaise qui a gagné, secoué et secoue encore la société française.

Le 11 décembre dernier, les évêques de France ont invité les paroisses et les communautés ecclésiales à susciter partout où ce sera possible des groupes d’échanges et de proposition :“À ce moment de notre histoire, nous pouvons  apporter notre contribution pour aider notre société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité.”

À l’initiative du Président de la République, le Gouvernement a initié un Grand Débat National invitant à débattre de questions essentielles pour les Français, chacun le faisant à sa manière et selon ses convictions.

À l’église Saint-Ignace, un espace pour faire grandir la fraternité

“Nous avons souhaité proposer, à notre mesure, cet espace évoqué par les évêques et partir de leur questionnement. Nous participons ainsi à la réflexion, en prenant un peu de recul, tout en étant dans l’esprit de la demande du Président de la République qui écrit dans sa lettre aux Français : “Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n’importe quel sujet concret dont vous auriez l’impression qu’il pourrait améliorer votre existence au quotidien.“, souligne le P. Henri Aubert sj, chapelain de l’église Saint-Ignace à Paris. Dans ce lieu, des petits groupes se sont constitués “chez l’habitant” pour partager et débattre. Un schéma est proposé pour faciliter les échanges et favoriser l’esprit d’écoute. Après un temps accueil et de connaissance mutuelle, puis un temps de silence et de prière, chaque participant est invité à s’exprimer à partir du questionnement des évêques, avec la possibilité de faire écho au débat national. Suit un temps d’échange dans le respect de la diversité des positions. Le groupe peut ensuite rédiger quelques propositions pour enrichir le débat national et déposer sa contribution dans une urne déposée à l’entrée de l’église. Près de 100 personnes ont participé à ces groupes.

Le jeudi 21 février à 19h15 au Centre Sèvres, une assemblée ouverte à tous sera l’occasion de faire remonter les échanges. Des propositions seront écrites et versées au Grand Débat national. “Nous participons ainsi à une consultation dont l’enjeu n’est pas seulement de bâtir un nouveau contrat pour la Nation mais aussi de renouer des liens de parole qui ont bien souvent disparu.”, explique le P. Henri Aubert sj.

> En savoir + sur le site de l’église Saint-Ignace

À l’église Saint-Ferréol, un espace “Paroles citoyennes”

L’initiative de créer un espace “Paroles citoyennes” a été prise dès la mi-décembre au sanctuaire de Saint-Ferréol, en réponse à l’appel des évêques de France pour permettre aux fidèles et au public en général de se rencontrer pour échanger une parole libre.

Au cours de six jeudis, des rencontres d’une heure ont abordé les questions posées par la lettre des évêques, en vue de formuler des propositions concrètes. La soirée du 31 janvier a clôturé cet espace “Paroles citoyennes”. Une “synthèse d’étape” a permis de ressaisir les réflexions et les propositions des participants en vue de les transmettre aux évêques et aux élus.

“Ces rencontres ont montré que les participants – dont un “gilet jaune” déclaré – avaient besoin de s’exprimer et d’être écoutés, dans le respect de leurs singularités, face à des questions de société qui les travaillent et aux maux qu’ils subissent. Des liens ont ainsi été créés entre des personnes qui ne se rencontrent pas forcément. Elles ont aussi trouvé dans cet espace un lieu fraternel d’enrichissement mutuel, au cœur d’un débat argumenté et bien organisé. Une parole d’un participant est bien significative quand il dit : “C’est nous, la solution”, explique le P. Steves Babooram sj, recteur du sanctuaire de Saint-Ferréol.

Pour la suite, le P. Pierre de Charentenay sj, en modérateur éclairé de la soirée du 31 janvier, propose une série de quatre rencontres mensuelles, de mars à juin, appelées “L’heure Paroles citoyennes” au cours desquelles les thèmes suivants seront abordés successivement : l’économie sociale et solidaire, l’Europe, la transition écologique et la démocratie.

Extrait du reportage de Famille Chrétienne à l’église Saint-Ferréol à Marseille :

“Certains sont des paroissiens fidèles, d’autres des vacanciers, d’autres enfin sont venus par hasard, comme Élisabeth. La cinquantaine, au RSA, elle vient se recueillir un instant à l’église. Découvrant le débat après la messe, elle y voit “une opportunité”. Elle poursuit : “C’est la Providence. On me donne la parole, autant la prendre. Il ne s’agit pas de parler pour parler, mais de faire remonter les choses, et je veux croire que ce que l’on a dit sera étudié.” Elle revient ensuite plusieurs fois, jusqu’à la réunion de synthèse : ici, elle se sent écoutée.”

“Des personnes qui n’ouvrent jamais la bouche ont pu s’exprimer. Maintenant, il faudrait inviter ceux qui ne sont pas encore venus. Ce n’est pas vraiment faire la révolution”, explique Paul, engagé à Saint-Ferréol et qui a – travail titanesque – mis sur le papier l’ensemble des verbatims des réunions.”

> En savoir + avec Famille Chrétienne sur l’initiative de l’église Saint-Ferreol à Marseille

Pour aller plus loin :

  • “Débattre à la façon des jésuites”, Les cahiers Croire (Janvier-février 2019) > Lire l’article
  • Dans la revue Études : le numéro de mars de la revue Études reviendra sur le Grand débat national avec un éditorial du P. François Euvé sj et un article de Martine Legris, auteure d’une tribune dans Le Monde.
  • Dans Télérama : “Pour un Grand Débat national plus ouvert : quelle société voulons-nous demain ?” Quatre chercheurs, dont le P. Gaël Giraud sj, proposent des remèdes aux maux qui nous rongent. > Lire l’article [abonnés]
2019-02-14T16:32:46+00:0013 février 2019|