Décès du P. Simon Decloux, jésuite belge

//Décès du P. Simon Decloux, jésuite belge

Décès du P. Simon Decloux, jésuite belge

Nous apprenons ce lundi 9 avril 2018 le décès du Père Simon Decloux, jésuite belge.

Le Père Decloux est né à Petit-Rechain (Province de Liège, Belgique) le 30 novembre 1930. Après ses études au Collège Saint-François-Xavier de Verviers, il entre dans la Compagnie de Jésus le 14 septembre 1948. Ordonné prêtre le 6 août 1958, il fait une thèse de doctorat en philosophie à Rome, sur la pensée d’Emmanuel Levinas.

Dès 1962, il rejoint Eegenhoven (Louvain) où il donne les cours de théodicée et d’histoire de la philosophie ; il exerce différentes responsabilités dans la formation des jésuites belges, tâches délicates dans la période de l’après-Concile : il y manifeste une sage et paisible ouverture qui lui vaut l’égale estime de ses jeunes confrères et de ses supérieurs. Il sera en outre supérieur provincial des jésuites de Belgique francophone dès 1970.

Après cinq ans de ce mandat, il est appelé à Rome et devient délégué du Père Arrupe, supérieur général de la Compagnie de Jésus, pour les maisons internationales (notamment l’Université Grégorienne et l’Institut Biblique). Il assume cette tâche pendant huit ans (1975-1983). C’est à cette époque qu’il rencontre les fondateurs de la communauté Sant’Egidio dont il accompagne les débuts et à laquelle il restera très attaché. Lors de la 33ème Congrégation Générale, en 1983, il devient Assistant du Père Peter-Hans Kolvenbach, récemment élu supérieur général.

Le Père Decloux exercera ce service jusqu’en 1995. Il est alors envoyé en République Démocratique du Congo, et devient recteur du scolasticat et de la Faculté de philosophie de Kimwenza. En 2001, toujours à Kimwenza, il passe du scolasticat au Centre Spirituel dont il sera le supérieur et le directeur jusqu’en 2009.

Dans la quatre-vingtième année de sa vie il quitte le Congo pour rentrer en Belgique. Il y collabore à la Nouvelle Revue Théologique et donne les Exercices spirituelle avec une sagesse toute personnelle. Parmi ses publications on retrouve notamment les quatre « retraites de huit jours » à l’écoute des quatre évangiles : Luc (2002), Matthieu (2006), Marc (2007), Jean (2009). Ces ouvrages ont été traduits en anglais et en espagnol.

Depuis 2016, le Père Decloux partageait la vie des compagnons jésuites plus âgés à Bruxelles. Jusqu’au bout il a mené une vie remplie de sagesse et de délicatesse.

Ses funérailles auront lieu le samedi 14 avril à 10h en l’église Saint-Jean Berchmans (Collège Saint-Michel) à Bruxelles.

2018-04-10T11:13:29+00:00 9 avril 2018|