Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Duperies et faux savoirs : un cours de philosophie des sciences et critique de l’information contemporaine donné par le P. Bernard Pottier sj au Forum Saint-Michel. La séance du 18 novembre aura pour thème “évolutionnisme, créationnisme, transhumanisme et spécisme. 

La somme de connaissances réunies par l’humanité n’a jamais été aussi considérable qu’aujourd’hui. Ces savoirs circulent librement, disponibles, constamment mis à jour. Mais ils sont aussi utilisés, pour ne pas dire manipulés, dans des buts qui ne sont plus celui de la contemplation purement théorique des Grecs, initiateurs de la Science en Occident. Revues, journaux, télévision, Internet surtout, nous abreuvent sans cesse d’informations, essayant de nous convaincre de leur solidité en invoquant toutes sortes de raisons, dont la raison scientifique au premier chef.

Nous sommes souvent démunis pour comprendre et interpréter ces messages qui virevoltent et leurs niveaux de langage. Est-ce que la psychologie est une vraie science ? Peut-on utiliser légitimement mathématiques et statistiques en sciences politiques ? Si l’on met la Bible sur le même pied que la théorie de l’évolution, ne risque-t-on pas de se fourvoyer ? Combien de Fakenews dans le JT de 20h ?

Ce cours essaiera de démêler cet imbroglio. Il commencera par définir et distinguer la connaissance quotidienne, la connaissance scientifique (sciences formelles, empirico-formelles et sciences humaines), la philosophie, la connaissance de foi. Puis il posera des questions sur l’intelligence artificielle, sur l’intelligence collective, sur la technologisation de toutes les disciplines, sur le bon usage des médias, sur cet échange d’un gigantesque savoir à structure résolument horizontale, et non plus verticale comme le voulaient nos professeurs d’autrefois. Chaque surfer est roi, mais dans l’anonymat le plus complet, qui risque de se muer soudain en transparence scandaleuse, car Internet n’oublie rien, à jamais, même les mensonges. Dès lors, y a-t-il encore une vérité ? Et si elle se construit désormais dynamiquement et collectivement, c’est selon quels critères ?