Retour à la page d'accueil
histoire > saints et bienheureux > Jean de Brébeuf, Isaac Jogues
spiritualité
C'est quoi ?
Ignace de Loyola
François-Xavier
Exercices Spirituels
compagnons
Communautés
Rencontres
Portraits
Nos 5 préférences
devenir sj
Récits
Jeunes jésuites
Vocation
Noviciat
Les derniers nés
missions
Culture
Jeunesse
Sciences
Vie spirituelle
Foi et justice
Hors frontière
Eglises
histoire
Chronologie
Par thèmes
Jésuites du XXe
Saints
sites internet
Jésuites
Chrétiens
Surprises
Site du mois
forums

Nous écrire

 

Retour à la liste des Saints et bienheureuxSaints Jean DE BREBEUF,
Isaac JOGUES,

et leurs compagnons prêtres martyrs
Antoine DANIEL, Gabriel LALLEMANT,
Charles GARNIER, Noël CHABANEL, René GOUPIL, Jean DE LA LANDE


martyrs
, Fête en France le 19 octobre
Au Canada, solennité le 26 septembre. (4 février ailleurs )

 

La mémoire de ce jour célèbre huit martyrs français de la Compagnie qui s'étaient consacrés à l'apostolat missionnaire auprès des Hurons.

Cinq d'entre eux, tous prêtres, endurèrent courageusement un horrible martyre dans l'actuel territoire du Canada : Jean de Brébeuf (16 mars 1649), Antoine Daniel (4 juillet 1648), Gabriel Lallemant (17 mars 1649), Charles Garnier (7 décembre 1649) et Noël Chabanel (8 décembre 1649) ; trois autres, un prêtre, Isaac Jogues (mort le 18 octobre 1646) et deux " donnés ", René Goupil (29 septembre 1642) et Jean de La Lande (19 octobre 1646) donnèrent leur vie avec un courage héroïque en un lieu qui se trouve aujourd'hui sur le territoire des États-Unis d'Amérique. Ils furent canonisés par Pie XI en 1930.

Saint Jean de Brébeuf

Saint Isaac Jogues
Isaac Jogues

Saint Charles Garnier
Charles Garnier

Saint Noël Chabanel
Noël Chabanel

Saint René Goupil
René Goupil

Saint Jean de La Lande
Jean de La Lande

19 octobre
Saints JEAN DE BREBEUF, ISAAC JOGUES, prêtres, et leurs compagnons, martyrs

En France, fête .
Au Canada, solennité le 26 septembre.

26 septembre
Au Canada 

ailleurs, mémoire le 4 février.

Commun des martyrs (p. 237) ou des pasteurs (p. 260).

OFFICE DES LECTURES

DEUXIÈME LECTURE

Ecrits spirituels de saint Jean de Brébeuf.

Que je meure pour toi, Seigneur Jésus, toi qui as daigné mourir pour moi.

Durant deux jours j'ai éprouvé sans discontinuer un grand désir du martyre et j'ai souhaité endurer tous les tourments qu'ont soufferts les martyrs.

Que te rendrai-je, mon Seigneur Jésus , pour tous les biens que tu m'as faits ? Je prendrai ton calice et j'invoquerai ton nom . Je fais donc vœu, en présence de ton Père Eternel et du Saint-Esprit, en présence de ta très sainte Mère et de son très chaste époux Joseph ; devant les anges, les apôtres et les martyrs, et mes bienheureux Pères Ignace et François-Xavier ; je te fais vœu, dis-je, mon Seigneur Jésus, si tu m'offres miséricordieusement la grâce du martyre, à moi ton indigne serviteur, de ne jamais me détourner de cette grâce.

Ainsi, je voudrais qu'il ne me soit jamais permis à l'avenir, soit d'éviter les occasions de mourir pour toi qui se présenteront (à moins que je juge que ce serait pour la plus grande gloire de Dieu), soit de ne pas accepter joyeusement le coup de mort déjà reçu. A toi donc, mon Seigneur Jésus, j'offre déjà joyeusement, à partir de ce jour, et mon sang et mon corps et mon esprit, afin que je meure pour toi, si tu me l'accordes, toi qui as daigné mourir pour moi. Fais que je vive de telle sorte que tu veuilles enfin que je meure ainsi. Oui, Seigneur, je prendrai ton calice et j'invoquerai ton nom : Jésus, Jésus, Jésus.

O mon Dieu, que n'êtes-vous connu ! Que ce pays barbare n'est-il tout converti à vous ! Que le péché n'en est-il aboli ! Que n'êtes-vous aimé ! Oui, mon Dieu, si tous les tourments que les captifs peuvent endurer en ce pays, dans la cruauté des supplices, devaient tomber sur moi, je m'y offre de tout mon cœur, et moi seul je les souffrirai.

(The Jesuits Relations and Allied Documents, éd. Reuben Gold Thwaites, t. 34, Cleveland, 1898, pp. 188, 164, 166 ; éd. fr. dans : Jésuites de la Nouvelle France , textes choisis par Fr. Roustang, Bruges, 1961, pp. 129, 130, 138).

ou bien :

Lettre de saint Isaac Jogues

Après huit années passées au milieu des tribus huronnes et iroquoises, après avoir enduré de terribles tortures, Isaac Jogues écrit :

Si je suis barbare par les coutumes et le vêtement, bien plus si je suis presque sans Dieu dans une vie si agitée, cependant je veux mourir comme j'ai vécu en fils de la très sainte Eglise romaine et de la Compagnie. - Je mène une vie vraiment misérable dans laquelle toutes les vertus sont en danger. La foi, certes, dans de si épaisses ténèbres de l'infidélité ; l'espérance, dans de si longues et si dures épreuves ; la charité dans une si grande corruption et l'absence de tout sacrement ; la chasteté, bien qu'elle ne soit pas ici beaucoup menacée par les plaisirs, est cependant menacée par la cohabitation.

Jogues rentre en France. Ses mains sont mutilées, tout son corps porte les marques de la torture. L'amour des Iroquois qui ne connaissent pas Dieu l'emporte sur l'appréhension à la pensée de nouvelles souffrances. Il sera martyrisé peu de temps après avoir écrit la lettre suivante :

Quand commencerai-je à servir et à aimer celui qui n'a jamais commencé à nous aimer ; et quand commencerai-je à me donner à celui qui s'est donné à moi sans réserve ? Quoique je sois extrêmement misérable et que j'aie fait un mauvais usage des grâces que Notre Seigneur m'a faites en ce pays, je ne perds pas courage, puisqu'il prend soin de me rendre meilleur, me fournissant encore de nouvelles occasions de mourir à moi-même et de m'unir inséparablement à lui.

Mon espérance est en Dieu, qui n'a que faire de nous pour l'exécution de ses desseins. C'est à nous de tâcher de lui être fidèles et de ne pas gâter son ouvrage par nos lâchetés. J'espère que vous m'obtiendrez cette faveur de Notre Seigneur et qu'après avoir mené une vie si lâche jusques à maintenant, je commencerai à le mieux servir.

Le cœur me dit que, si j'ai le bien d'être employé en cette mission, j'irai et je ne reviendrai pas , mais je serai heureux si Notre Seigneur voulait achever le sacrifice où il l'a commencé, et que ce peu de sang que j'ai répandu en cette terre fût comme les arrhes de celui que je lui donnerai de toutes les veines de mon corps et de mon cœur.

Enfin, ce peuple-là est pour moi un époux de sang , je me suis fiancé à lui par mon sang. Notre bon maître, qui se l'est acquis par son sang, lui ouvre, s'il lui plaît, la porte de son Evangile comme aussi à quatre nations, ses alliés, qui sont proches de lui.

 

 

> Pour en savoir plus sur les martyrs du Canada

A la recherche d'archives jésuites ?
De documents existant sur l'histoire de la Compagnie de Jésus ?

Merci d'envoyer votre demande
par lettre à :

Archives de la Province de France
15 rue Raymond Marcheron
92170 VANVES
France