Retour à la page d'accueil
histoire > Chine > les martyrs > Rémi Isore
spiritualité
C'est quoi ?
Ignace de Loyola
François-Xavier
Exercices Spirituels
compagnons
Communautés
Rencontres
Portraits
Nos 5 préférences
devenir sj
Récits
Jeunes jésuites
Vocation
Noviciat
Les derniers nés
missions
Culture
Jeunesse
Sciences
Vie spirituelle
Foi et justice
Hors frontière
Eglises
histoire
Chronologie
Par thèmes
Jésuites du XXe
Saints
sites internet
Jésuites
Chrétiens
Surprises
Site du mois
forums

Nous écrire

 

Retour page d'accueil

Rémi ISORE
(1852 - 1900)

 

Né à Bambecque, dans le Nord, le 22 janvier 1852, Rémi était l'aîné d'une famille nombreuse qui compta deux prêtres et une religieuse. Son père, instituteur et chrétien convaincu, plaça son fils au petit séminaire d'Hazebrouck (clic pour en savoir plus !) . Rémi fit ensuite deux ans au grand séminaire de Cambrai et fut envoyé faire la classe de 8ème et 7ème au collège de Roubaix. Il hésitait entre les Prêtres de la Mission et la Compagnie de Jésus, et ce n'est qu'au bout de trois ans d'enseignement qu'il se décida à entrer au noviciat jésuite de Saint-Acheul en 1875.

Il poursuit ses études de théologie, enseigne deux ans la 4ème au collège de la Providence d'Amiens. Il pense à la Mission du Zambèze avec l'espoir du martyre ; à quoi son Provincial, retour de Chine, lui répond : "Vous ne savez pas ce que vous demandez. Des chances de martyre, vous en trouverez encore plus en Chine. C'est décidé : vous irez en Chine." Neuf ans plus tard, le P. Isoré écrira : "vous dirai-je confidentiellement que, si j'ai demandé à être envoyé en mission, j'avais toujours cru devoir excepter la Chine. Ce pays me semblait tellement stérile à tout point de vue que son nom seul soulevait en moi un flot de répugnance. Cependant, quand le P. Grandidier me fit une ouverture en ce sens, je tombai à ses genoux de bonheur. Je touchai du doigt que c'était bien la seule Volonté de Dieu qui m'envoyait en ce pays."

Il arrive donc en Chine en 1882, apprend la langue, termine sa théologie et est ordonné prêtre en 1886. "Hélas ! écrit-il, l'ère des martyrs n'est pas ouverte pour la Chine ; c'est peut-être ce qui retarde la conversion de cet immense empire, car la croix est un arbre qu'il faut arroser avec du sang. Ce n'est pas à dire, cependant, que toute espérance soit perdue de voir nos mandarins se mettre sérieusement à la besogne." Pour le moment, c'est encore dans un collège, à Sien-Hsien, qu'il va travailler pendant neuf ans avant d'être nommé curé de la ville de Tchang-Kia-Tchoang. C'est non loin de là, à Ou-Y, qu'il rejoindra le P. Andlauer. Et pour eux, c'en est fait : au soir du 19 juin 1900, "l'ère des martyrs est ouverte" !

 

 

Quelques sites pour en savoir plus sur la révolte des Boxers en Chine en 1900 :

>The Boxer Rebellion (site en anglais)

>The Boxer Rebellion (site en anglais)

> La fin de révolte des boxers

> Une autre histoire complète de cette guerre (site en anglais)

>Le Kung-fu et son influence sur les Boxers

> Film "Les 55 jours de Pékin"