ACCUEIL Ignace de Loyola Missions et Services Devenir Jésuite Histoire de la Compagnie Compagnons de Jésus Sites recommandés Écrivez-nous
Table des matières des Constitutions
Table des matières des Normes Complémentaires
Notice de présentation
des Constitutions de la Compagnie de Jésus

Par qui sont rédigées les Constitutions ?

Par le duo, Ignace de Loyola qui est l'inspirateur fondamental et son Secrétaire, Jean Polanco qui avait des compétences juridiques. Le texte initial est en espagnol.

Comment sont-elles nées ?

1539 : Les vœux prononcés à Montmartre le 15 août 1534 par Ignace et ses premiers compagnons marquent le démarrage de la Compagnie de Jésus. Mais ce n'est pas encore son inscription juridique. Ce n'est qu'à Rome en juin 1539 qu'ils s'engagent à se mettre à la disposition du pape, alors Paul III, pour propager la foi chrétienne, selon les termes de la Bulle de fondation de 1540.

1540 : Les premières décisions des premiers Pères jésuites (Délibération de juin 1539) se trouvent dans la Summa, qui fournit l'essentiel de la Bulle Regimini Militantis, édictée par Paul III le 27 septembre 1540. Elle autorise le préposé général du nouvel Ordre religieux, "La Compagnie de Jésus", à établir des constitutions originales développant la "déclaration" de la Bulle papale.

Une fois cette identification et cette certification, par les autorités de l'Église, acquises, le besoin de constitutions découlera de la détermination du groupe à s'éclater, à se "disperser" dans le monde entier. (Constitutions N°603) tout en se donnant des moyens de conserver au cours de cette dispersion une unité communautaire. La Compagnie n'a de lieu que "le seul lieu du monde" dira Jérôme Nadal, qui, dés 1553 a parcouru l'Europe, pour faire connaître l'avancée des travaux et recueillir l'avis des compagnons.

1541 : Une première ébauche sort. Elle sera révisée et enrichie au fur et à mesure des premières années d'activité.

1544-1545 : Constitutions concernant les compagnons envoyés dans les missions. (Cf. 7 ème Partie)

1540-1550 : Trois essais de constitutions pour les collèges et les étudiants jésuites qui doivent se former. (Cf. 4 ème Partie)

1550 : 21 juillet, Bulle du pape Jules III "Exposcit debitum" qui confirme la Compagnie de Jésus. 1550 : Reprise en une version structurée entre Constitutions et Déclarations, qui donne le "texte a". Elle est soumise aux Pères de Rome.

1556 : Corrigée par Ignace et ses collaborateurs, elle aboutit au "texte b" à la mort d'Ignace le 31 juillet 1556. C'est l'édition présente.

La version définitive avec traduction en latin, ne paraîtra qu'en 1594 lors de la 5° C.G. (Congrégation Générale)

Conclusion : Les Constitutions dans leur genèse reflètent bien comment s'est peu à peu historiquement constitué l'Ordre. Par ce texte, il s'écrit, fait son histoire, en même temps qu'il se décrit. Il ne s'agit donc pas d'un simple système juridique de prescriptions, de proscriptions et d'autorisations.

Constitutions et déclarations

Les Constitutions expliquent les Bulles de 1540 et de 1550. Les divisions du texte en Constitutions (A) et déclarations (B) répondent en effet à la distinction de l'article proprement constitutionnel (A) de ce qui l'éclaire dans ses causes, ou le précise dans ses effets, ou le module dans son contexte. La visée est souvent de donner l'esprit, puis d'insister sur quelques points particulier qui pourraient faire difficulté et permettre ainsi l'adaptation en chaque lieu différent du monde.

Plan des Constitutions

Elle vise l'incorporation dans le corps de la Compagnie.
Elle suit les trois étapes : Probation, Admission, Mission dans les parties I à V.
L'Examen Général est le préambule d'ouverture aux dix parties. Il conditionne les possibilités ou non de la suite.
Dés la VI° partie, le corps atteint une mûre respiration et s'éternise : c'est le moment où se règle les usages de la mort dans la Compagnie.
Elle est relayée par la VII° partie par l'accès au royaume du monde, qui fait figure de résurrection. La IX° partie traite de ceux qui sont à la tête et qui sont en charge du Gouvernement.
La X° partie embrasse l'ensemble avec la figure et le profil du préposé général.
La manière de décrire ces Constitutions dit quelque chose de l'incorporation que vit progressivement chaque jésuite. En ce sens c'est un corps pour l'esprit de la Compagnie, et c'est un esprit pour son corps.

D'où vient le texte de jesuites.com, non seulement des Constitutions et déclarations mais également des Normes Complémentaires ?

Il s'agit d'une traduction française intégrale du texte latin officiel publié à Rome en 1995. Elle a été réalisé par les Pères Antoine Lauras, avec la collaboration des PP. Schuind, Gellard et Roubert.

En 1983, paraît dans l'église latine un nouveau Code de droit canon qui impose une adaptation du droit. C'est la 33° C.G. qui en charge le préposé général en s'appuyant sur les travaux de rénovation entrepris lors des 31° C.G. (1965-1966) et 32° C.G. (1974-1975). On en profite pour en faire une révision et produire une formulation structurée et normative.

La visée est de redonner aux Constitutions leur place centrale d'expression privilégiée de l'expérience spirituelle et apostolique fondatrice des premiers compagnons. Ainsi elles pourront donner force et inspiration novatrice pour aujourd'hui. Mais cela supposait de les avoir débarrassées des éléments obsolètes ou formellement abrogés, et d'avoir établi les modifications avec le temps qui ont été reconnues avec autorité. D'où est apparue la nécessité de Normes Complémentaires (NC) qui ont été approuvées par la 34° Congrégation Générale.

Et il a été décidé qu'à l'avenir les Normes complémentaires devaient être éditées avec les Constitutions dans un seul et même volume.

Table des matières des Constitutions
Table des matières des Normes Complémentaires