Retour à la page d'accueil
compagnons > Mar Moussa, monastère en Syrie avec Paolo Dall'Oglio
spiritualité
C'est quoi ?
Ignace de Loyola
François-Xavier
Exercices Spirituels
compagnons
Communautés
Rencontres
Portraits
Nos 5 préférences
devenir sj
Récits
Jeunes jésuites
Vocation
Noviciat
Les derniers nés
missions
Culture
Jeunesse
Sciences
Vie spirituelle
Foi et justice
Hors frontière
Eglises
histoire
Chronologie
Par thèmes
Jésuites du XXe
Saints
sites internet
Jésuites
Chrétiens
Surprises
Site du mois
forums

Nous écrire

 

Mar Mousa
monastère
en Syrie

et le Père
Paolo Dall'Oglio,
jésuite italien

 

Depuis 1992, le Monastère de "Mar Mousa el-Habashi" en arabe ou Saint Moïse l'Abyssin (ou l'Ethiopien) de l'église syriaque, dont les origines spirituelles remontent au VIe siècle, retrouve une nouvelle vie.

Ce lieu exceptionnel de silence et de recueillement aurait pu retourner lentement au désert dont il est issu s'il n'y avait pas eu une rencontre magique avec le père Paolo Dall'Oglio, jésuite italien épris de foi, de justice et de vérité, profondément respectueux des musulmans.

Grâce à lui, les bâtiments de ce monastère, abandonnés depuis des siècles, revivent car ils hébergent de nouveau une communauté.

Elle est connue pour son hospitalité, sa vie de prière et son engagement dans le dialogue avec les musulmans.

(Merci à theologia.fr : nous nous sommes inspirés
de l'article de Eglantine Gabaix-Hialé publié sur ce site)

Pour accéder au Monastère de Saint Moïse, Mar Moussa en arabe, il faut traverser une zone désertique au nord de Damas

vue du désert depuis le monastère




Le Monastère est perché sur des rochers le voici vu du bas

"Ahlan wa sahlan" seront les mots qui vous accueilleront, suivis de "welcome, bienvenue".


Saint Moïse
Moïse l'Abyssin est le fils d'un roi d'Ethiopie. Mais le seul royaume qu'il cherche à conquérir était celui de Dieu. Il abandonne couronne, honneurs et mariage et part en en Terre Sainte par l'Egypte. Il s'installe ensuite à Qara, à une dizaine de kilomètres d'un monastère où il se fait moine. Devenu ensuite ermite, il élit domicile dans une des grottes des montagnes qui encerclent le monastère.

Moïse sera martyrisé par les soldats byzantins. On raconte que sa famille vint récupérer son corps, mais que sa main droite se sépara miraculeusement de son bras. Elle est gardée comme relique dans l'église syriaque de Nebek. Moïse, Moussa en arabe, devint Mar, c'est-à-dire Saint.

Des ermites chrétiens de la région ont pris l'habitude de venir prier dans ces grottes. Ils ont fondé un petit monastère qui prit le nom du saint : Mar Moussa el Habachi (l'Ethiopien). Daprès les recherches archéologiques, il daterait du milieu du VIe siècle et appartenait au rite syriaque antiochien. L'église actuelle du monastère a été construite en 1058.

Les fresques colorées du XIe et XIIe

Ces fresques ornent l'église actuelle. Elles ont fait l'objet d'une superbe restauration.

 

 

 

La résurrection du Monastère
grâce à un jésuite italien


C'est surtout en 1984, sous l'impulsion du jeune jésuite italien Paolo Dall'Oglio et avec l'aide du gouvernement syrien, de l'église locale et d'un groupe de volontaires syriens et européens, que la restauration du monastère débute. Le Père Paolo fonde une communauté sur place qui sera reconnue par le Saint-Siège.

Il s'agit d'une Communauté mixte, œcuménique, consacrée au dialogue islamo-chrétien. Elle repose sur 3 caractéristiques :
la vie spirituelle en tant qu'absolu,
le travail manuel en tant que mode de vie avec la Création et de la société qui les entourent,
l'hospitalité abrahamique en tant que geste sacré.

La communauté vise l'émergence d'une interrelation islamo-chrétienne positive. Ainsi le choix de la langue arabe, pour la vie sociale et liturgique de cette communauté œcuménique et internationale, est profondément lié à cet objectif.

"Beaucoup se sont essayés à vivre à Mar Moussa.
Ils restent reconnaissables, par toute la terre,
à la citadelle qu'ils portent dans le cœur"

(Guyonne de Montjou, Mar Moussa,
Un monastère, un homme, un désert
, p. 157).


Jeunes du Collège jésuite Collège Notre-Dame de Jamhour (Liban)
accueillis à Mar Moussa


vue du monastère de plus haut

 

 

Pour en savoir plus :

> L'article sur le site de theologia.fr

> Le site de Deir Mar Mousa pour y télécharger leur lettre aux amis de 2005

> Interview du Père Paolo Dall'Oglio sur RFI

> Deir Mar Musa, une communauté vouée à la communion interreligieuse

> De superbes photos des fresques

> Un projet de la communauté de Marmousa avec le JVI (Jeunes Volontaires internationaux) au monastère de Mar-Elian

> Visiter Damas avec le Père Paolo Dall'Oglio (reportage sur TV5)

> Le livre "Mar Moussa, Un homme, un monastère, un désert"