ACCUEIL Ignace de Loyola Missions et Services Devenir Jésuite Histoire de la Compagnie Compagnons de Jésus Sites recommandés Écrivez-nous

Frère des Intouchables
Pierre Ceyrac, un jésuite en Inde

un documentaire diffusé sur Arte le mercredi 12 janvier 2000 à 23 h 00

Il a 85 ans mais n'a pas terminé son combat. Aujourd'hui qu'il arrive au bout de sa route, il livre le bilan de sa vie. Pierre Ceyrac donne pour la première fois devant la caméra un regard sur son itinéraire exceptionnel et mouvementé. Depuis plus de soixante ans, ce jésuite français vit et travaille en Inde. En peu de mots et beaucoup d'actions, il nous fait adhérer à son attachement intense pour le pays et les peuples qui y vivent. Pierre Ceyrac est l'un des derniers témoins et acteurs vivants de la formidable évolution de la société indienne de notre 20ème siècle.

Le Père Ceyrac se bat pour la dignité des hommes, et plus particulièrement des exclus de la société traditionnelle Indienne : les dalits ou intouchables (environ 20% de la population de l'Inde). Grand ami du Père Jules Monchanin, il est initié par ce dernier dans sa formation missionnaire à " une nouvelle voie " - ce qu'on appelle aujourd'hui " l'inculturation ".. De 1936 à 1950, il étudie le sanskrit avec des brahmes, s'initie à l'hindouisme sous toutes ses formes pour un dialogue intereligieux.

Mais l'intellectuel est aussi un bâtisseur. A partir de 1950, à l'instar du Mahatma Gandhi (qu'il a bien connu), pour dénoncer les castes, il crée un vaste réseau de solidarité étudiante sur toute l'Inde (plus de 100 000 membres) et des chantiers humanitaires dans les campagnes les plus pauvres, une ferme coopérative (Manamadurai, Tamilnadu) qui fait vivre plus de 250 000 personnes...

Initiateur d'un mouvement d'aide aux enfants des rues, il les accueille chacun sans distinction de castes et de religion, rêvant d'une société " pour la Justice et la Paix ".. Il milite activement par des manifestations dans la rue pour l'intégration dalit et la fondation d'un centre de formation pour les intouchables. Les enjeux de son combat ne sont pas une " question de droit de l'homme, mais de droit à être un homme ".

" Tout ce qui n'est pas donné est perdu " : telle est la phrase en leitmotiv qui conduit l'action de cet homme hors du commun. Le film, qui ne passe pas non plus sous silence les contradictions d'une telle vie, suit le Père sur les lieux de son action dans le pays Tamoul et transmet son amour pour la beauté de ce pays " dans ses grandeurs et ses misères ".