Retour à la page d'accueil
actualités > 2005 > Inde-Espoir
spiritualité
C'est quoi ?
Ignace de Loyola
François-Xavier
Exercices Spirituels
compagnons
Communautés
Rencontres
Portraits
Nos 5 préférences
devenir sj
Récits
Jeunes jésuites
Vocation
Noviciat
Les derniers nés
missions
Culture
Jeunesse
Sciences
Vie spirituelle
Foi et justice
Hors frontière
Eglises
histoire
Chronologie
Par thèmes
Jésuites du XXe
Saints
sites internet
Jésuites
Chrétiens
Surprises
Site du mois
forums

Nous écrire

 

Happy Birthday
Inde-Espoir !

Les 20 ans de l'Association
et les 25 ans du premier chantier

Ce samedi 22 janvier 2005, on aurait pu croire à une réunion mondaine, avec ces centaines de personnes, élèves de grandes écoles et cadres supérieures, au coeur du XVI ème à Paris, et qui plus est dans un collège jésuite. Mais loin des mondanités, on venait plutôt se souvenir d'aventures indiennes : qu'il y ait 6 mois, ou 25 ans, on avait découvert l'Inde en participant à un chantier de développement. Et, loin des quartiers bourgeois, on avait porté des sacs de ciment, des bassines de sable, des tonnes de briques, des fers à béton, pour bâtir...

On fêtait donc, à « Franklin », les 20 ans de l'association Inde-Espoir, et les 25 ans du premier chantier. Pour cet anniversaire, il était bon de tirer le bilan de ces années d'action, et d'en redire le sens. Depuis cet été 81 où Patrick Langue avait conduit des élèves de Franklin dans le Tamil Nadu, pour participer à un chantier de développement dirigé par le P. Claude D'Souza, bien du chemin avait été parcouru : pas loin de 250 chantiers, 2000 étudiants français partis (et revenus !) accompagnés par une vingtaine de jésuites français (ainsi que quelques scolastiques d'autres provinces, en formation à Paris).

Les anciens participants ont donné des témoignages remarquables. Les plus jeunes, à peine remis du voyage de l'été dernier, ont parlé du long travail de préparation : découverte de l'histoire, de la géographie, de la culture indienne ; découverte de soi-même et des autres du groupe ; fundraising. Ils ont témoigné de leur enthousiasme pour ce pays magnifique, de l'épreuve du travail manuel aussi, des rencontres qu'il a permises... Les plus anciens ont parlé des répercussions dans leur vie, des liens d'amitié qui perdurent, et même pour l'un d'eux de sa réorientation professionnelle : polytechnicien, il avait décidé à son retour en France de devenir médecin, pour continuer d'être au service des plus faibles.

Patrick Langue sj / Claude D'Souza sj
Deux jésuites indiens, partenaires de longue date, étaient venus partager leur joie de cette collaboration entre la France et l'Inde. Le P. Claude D'Souza a décrit avec admiration l'ouverture d'esprit des étudiants français qui, à la suite de leurs accompagnateurs jésuites, avaient su rencontrer vraiment les plus pauvres de l'Inde. Il a alors présenté le bilan de ces chantiers : « Les bâtiments construits par les groupes (centres communautaires, écoles, centres de formation, etc.) ont permis de continuer à travailler et, dans certains endroits, cela a entraîné la constructions d'infrastructures indispensables plus élaborées, ce qui a été un facteur de progrès. Dans certaines régions, les écoles ont été un moyen de donner du pouvoir à un grand nombre de dalits et autres représentants de basses castes. Je pense aussi à un centre communautaire qui a mis en place 1.500 groupes d'auto-assistance pour des femmes vivant au-dessous du seuil de pauvreté, ce qui représente 30.000 femmes. »

Le Père Joe Chenakala,
(sur la photo ci-contre)

ayant rappelé le sens du développement pour le Mahatma Gandhi, pour la foi chrétienne, et pour les jésuites, a présenté son analyse des causes structurelles du sous-développement. Confiant dans un développement qui permettra la transformation des structures de la société pour que tous vivent ensemble, il a dressé un beau portrait du travailleur en développement : « Le travailleur en développement doit être à la fois un éducateur, un organisateur, un prophète et un leader qui conduit pour servir. Il se considère comme un instrument dans les mains de Dieu, c'est pourquoi il est en contact permanent avec l'Autre. Il aide les gens à constituer leur propre organisation. Il part de ce que les gens savent et construit sur ce qu'ils ont. Ainsi, à la fin, les gens disent :
''Nous avons tout fait nous-mêmes''. »

L'eucharistie dans la chapelle de Franklin fut concélébrée par une dizaine de jésuites qui avaient accompagné des groupes en Inde.
La lecture de l'épître de Saint Jacques et l'homélie de Patrick Langue ont permis de rappeler la source et le sens de cette action :
« Si un frère ou une soeur n'ont rien à se mettre et pas de quoi manger tous les jours, et que l'un de vous leur dise :

''Allez en paix, mettez-vous au chaud et bon appétit !'',
sans que vous leur donniez de quoi subsister, à quoi bon ?
De même, la foi qui n'aurait pas d'oeuvres
est morte dans son isolement. » (Jacques 2,15-17).

En souhaitant donc un très bon anniversaire à l'association Inde-Espoir, nous faisons nôtre l'espoir pour l'Inde exprimé par ces vers de Rabindranath Tagore, cités par le Père D'Souza à la fin de sa conférence
(à prononcer à l'indienne, en roulant bien les R ) :

"Where the world has not been broken up into fragments
by narrow domestic walls,

Where tireless striving stretches its arms towards perfection,

Where the clear stream of reason has not lost its way
into the dreary desert sand of dead habit,

Where the mind is led forward by Thee
to ever-widening thought and action,

Into that heaven of freedom, my Father, let my country awake."

+++

« Là où des murs intérieurs étroits n'ont pas fragmenté le monde,

Là où un effort constant tend les bras vers la perfection,

là où le clair ruisseau de la raison ne s'est pas perdu
dans les sables désertiques des habitudes mortes,

là où l'esprit est conduit par Toi
vers une pensée et une action toujours plus larges,

Dans ce paradis de liberté, mon Père, fais que mon pays s'éveille. »

 

Erwan CHAUTY
(accompagnateur d'un groupe à Mekalmardi en août 2004)

 

Pour en savoir plus :

> Partir avec Inde-espoir en 2005 à Kokilamedu

> Le site de l'association "Inde-espoir"

> Des photos d'un des projets

> Projet Inde Espoir 2003

> Projet Inde-Espoir 1999

> Inde-Espoir
en 2003 avec Polytechnique

> Inde avec l'ECP

> L'association Sourires indiens

> Mieux connaître le Père Ceyrac

> L'association Pierre Ceyrac

> Immersion de pauvreté d'un jésuite en formation avec Inde - espoir