Juifs et Chrétiens Le nouveau dialogue

Juifs et chrétiens  Vers un nouveau dialogue par Geneviève ComeauUne perspective nouvelle
dans les relations entre judaïsme et christianisme

Théologienne catholique ayant vécu et étudié à la « Judaism Conservative University » de New-York, Geneviève COMEAU (professeur de théologie aux Facultés Jésuites de Paris) introduit ici une perspective nouvelle dans les relations entre judaïsme et christianisme.

Acheter ce livre  Geneviève COMEAU, Juifs et Chrétiens Le nouveau dialogue, coll. « Questions ouvertes », Les éditions de l’Atelier, Paris, 2001, 160 p.

Pour filer la métaphore végétale qui est présente dans le Nouveau Testament (Paul en Rm 9-11 parle de deux oliviers), l’on peut dire en un sens que le judaïsme est la racine de la foi chrétienne ; mais il est aussi un bel arbre qui a poursuivi sa croissance indépendamment du christianisme. Il est façonné depuis deux millénaires par la tradition rabbinique. Son univers culturel, sa manière d’argumenter et de questionner sont relativement imperméables aux chrétiens. (p. 16)

Un penseur juif américain, Jacob Neusner, insiste beaucoup sur l’éloignement : judaïsme et christianisme sont maintenant deux religions différentes parlant de sujets différents à des gens différents, dit-il. Je ne partage pas cette interprétation extrême qui dénie la possibilité d’une compréhension mutuelle. Mais j’entends la mise en garde, et l’invitation à écouter chaque tradition religieuse, telle qu’elle se présente, sans vouloir trop rapidement l’assimiler à du déjà connu. Il s’agit, par exemple, de mesurer l’écart entre la lecture juive et la lecture chrétienne de la Bible : traditionnellement, les juifs lisent la Bible en la référant à l’ensemble de la Thora orale, au Talmud (recueil des enseignements des grands rabbins), et les chrétiens la lisent en la référant à l’événement de la mort et de la résurrection du Christ… (p. 17)

VOICI MAINTENANT UN RÉSUMÉ DU CONTENU DU LIVRE
(télécharger le fichier de ce résumé en .rtf)

1  –  La Loi vue par les Juifs
1a  Frères et sœurs
1b  A la fois proches et lointains
1c  Question difficile de la Loi
1d  La Loi distingue le peuple juif
1e  La Loi pour le peuple juif

2  –  La Loi vue par les Chrétiens
2a  La Loi pour Paul le converti au Christ
2b  La charité, Loi en plénitude
2c  Les commandements de l’Ancien Testament
2d  La pratique de la loi d’amour…

3  –  Vers de nouvelles relations ?
3a  Nouvelles relations entre juifs et chrétiens.
3b  Questions délicates à évoquer…
3c  La question des « racines »
3d  « Relations fraternelles »
3e  Ouverture en guise de conclusion

 

1  –  La Loi vue par les Juifs

1a  Frères et sœurs

« Pour filer la métaphore végétale qui est présente dans le Nouveau Testament (Paul en Rm 9-11 parle de deux oliviers), l’on peut dire en un sens que le judaïsme est la racine de la foi chrétienne ; mais il est aussi un bel arbre qui a poursuivi sa croissance indépendamment du christianisme. Il est façonné depuis deux millénaires par la tradition rabbinique. Son univers culturel, sa manière d’argumenter et de questionner sont relativement imperméables aux chrétiens » (p. 16)

Retour à l’accueil

1b  A la fois proches et lointains

«Un penseur juif américain, Jacob Neusner, insiste beaucoup sur l’éloignement : judaïsme et christianisme sont maintenant deux religions différentes parlant de sujets différents à des gens différents, dit-il. Je ne partage pas cette interprétation extrême qui dénie la possibilité d’une compréhension mutuelle. Mais j’entends la mise en garde, et l’invitation à écouter chaque tradition religieuse, telle qu’elle se présente, sans vouloir trop rapidement l’assimiler à du déjà connu. Il s’agit, par exemple, de mesurer l’écart entre la lecture juive et la lecture chrétienne de la Bible : traditionnellement, les juifs lisent la Bible en la référant à l’ensemble de la Thora orale, au Talmud (recueil des enseignements des grands rabbins), et les chrétiens la lisent en la référant à l’événement de la mort et de la résurrection du Christ… ». (p. 17)

Retour à l’accueil

1c  Question difficile de la Loi

« La loi est sans doute la question la plus épineuse pour les relations entre juifs et chrétiens. En effet, pour un grand nombre de chrétiens, la question semble ne même pas se poser, elle est déjà réglée par le Nouveau Testament. Paul en personne n’a-t-il pas abrogé la Loi ? par exemple, n’a-t-il pas déclaré en Rm 10,4 : « La fin de la Loi, c’est le Christ » ? (p. 19)

Retour à l’accueil

1d  La Loi distingue le peuple juif

« C’est elle (la Loi) qui a maintenu la cohésion du peuple dispersé, son identité particulière au milieu des nations ; c’est elle qui a donné sens à sa vie. Exprimée dans la Thora écrite et la Thora orale, la Loi est devenue le fondement de la relation à Dieu. La tâche des rabbins a été de référer à la pratique de la Loi toutes les catégories du peuple, comme tous les aspects de la vie quotidienne (nourriture, sexualité, naissance, mort, vie familiale, relations diverses, etc.). Au cœur du judaïsme rabbinique, des premiers siècles de notre ère jusqu’à aujourd’hui, se trouve la Loi, son interprétation, son application, son évolution…

Depuis les origines c’est par l’observation des commandements de Dieu que le peuple hébreu s’est différencié de ses voisins. Dès l’époque du premier Exil, où la terre et le Temple sont provisoirement perdus, on voit s’amorcer le déplacement du centre de la vie juive vers la Thora, avec Esdras et Néhémie. D’autre part, la terre et le Temple, qui sont aussi des éléments capitaux de l’identité juive, ne vont pas s’effacer de la mémoire du peuple à partir du Ier siècle. Ils vont demeurer présents, sur un autre registre.

Mais c’est la Thora – Loi, enseignement et chemin, direction – qui unifie et soutient la vie juive depuis deux millénaires. » (p. 20)

Retour à l’accueil

1e  La Loi pour le peuple juif

« La Loi écrite se trouve dans la Bible. Elle est accompagnée d’une tradition orale, dite « Loi Orale », qui a été mise en forme, développée, et confiée à l’écrit à partir du IIe siècle de notre ère, dans la Michna et le Talmud, puis dans des Codes des décisionnaires. Selon l’interprétation traditionnelle, la Loi orale a même valeur théologique que le Loi écrite, car toutes deux ont été révélées à Moïse au Sinaï. Certains entendent cela littéralement, d’autres de façon symbolique : toute la Torah, écrite et orale, est placée sous l’autorité de Moïse. La Loi orale est en fait l’œuvre de générations successives, elle est ce qui permet d’adapter à chaque époque la Loi écrite, selon la recommandation de Dt 17, 8-10 : « Si tu as à juger un cas qui te dépasse… tu iras trouver les prêtres lévites et le juge alors en fonction. Ils feront une enquête et ils te feront connaître la sentence… » » (p. 21-22)

 

Retour à l’accueil

2  –  La Loi vue par les Chrétiens

2a  La Loi pour Paul le converti au Christ

« … Le tort de la Loi est d’ignorer que Dieu appelle et sauve tous les hommes de la même manière, en Jésus-Christ.

La Loi demande obéissance à ses commandements ; elle est chemin de vie, elle fournit au juif tout ce dont il a besoin pour vivre, ainsi que pour se réconcilier avec Dieu. Que la vie et la réconciliation viennent par Jésus-Christ mort et ressuscité pour tous est alors un bouleversement qui relativise la Loi. Depuis sa rencontre avec le Seigneur, Paul a renoncé à tout ce que lui donne la Loi ; une seule chose compte : « le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances » (Ph 3, 10). Mais beaucoup de ses frères choisiront de ne pas s’éloigner de la Loi. En ce sens, la Loi qui est pourtant bonne et sainte (cf. Rm 7, 12-13) peut être un obstacle à la rencontre avec le Christ.

Comment comprendre que la Loi puisse ainsi s’opposer au Christ dans les choix existentiels des croyants ? Cela provient, d’après Paul, d’un défaut de perception : tous ne perçoivent pas que la Loi, comme Ecriture inspirée, annonce elle-même le Christ : « La fin de la Loi, c’est le Christ pour la justification de tout croyant » (Rm. 10, 4). Faute de voir dans le Christ la réalisation du projet de Dieu, les frères de race de Paul n’ont pas atteint le but qu’ils poursuivaient ; « ils ont du zèle pour Dieu, mais c’est un zèle mal éclairé » (Rm 10, 2). (p. 25-26)

Retour à l’accueil

2b  La charité, Loi en plénitude

« Avec la mort et la résurrection du Christ, la Loi, qu’elle soit entendue comme Ecriture, ou comme style de vie sous les commandements, est décentrée d’elle-même : elle conduit au Christ. Paul emploie l’expression « Loi du Christ » : « Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi la Loi du Christ » (Ga 6, 2).Cette Loi du Christ, qui demande de vivre l’entraide fraternelle, est commandement d’amour. « La charité est la loi en sa plénitude », dit Paul en Rm 13, 10, après avoir cité le Décalogue. Paul reprend aussi la formule de Lv 19, 18 : « Une seule formule contient la Loi en sa plénitude : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Ga 5, 14). Ce commandement d’amour, qui résume toute la Loi, ne s’embarrasse pas de la circoncision, ni des règles alimentaires, ni du respect du Chabbat. Car le plus important, c’est la charité fraternelle et l’unité de la communauté, formée de croyants d’origines diverses : c’est en fonction de la charité et de l’unité, que ceux qui croient au Christ doivent adapter leur manière de vivre ; « si, pour un aliment, ton frère est contristé, tu ne te conduis plus selon la charité » (Rm 14, 15). Les commandements les plus significatifs de l’élection d’Israël sont ainsi relativisés, car le Christ est mort et ressuscité pour tous. » (p.26)

Retour à l’accueil

2c  Les commandements de l’Ancien Testament

« Comment comprendre alors les commandements de l’Ancien Testament ? Comment se fait-il que les chrétiens conservent les livres de la Torah parmi leurs Ecritures, mais ne se sentent plus engagés par ses prescriptions (par exemple, pour l’observance du Chabbat ou des règles alimentaires…) ? se demandent les juifs.

La tradition chrétienne a distingué entre des commandements dits « moraux » et des commandements dits « rituels ». Elle a entendu ces derniers soit dans un sens allégorique et spirituel, soit comme une première étape de la révélation divine : maintenant que la mort et la résurrection du Christ ont ouvert la porte aux païens, les commandements « rituels », signes de la mise à part d’Israël, sont dépassés.

Le débat avec le judaïsme aujourd’hui invite les chrétiens à une plus grande humilité : ces commandements dits « rituels » ont toujours valeur d’obligation  religieuse pour nos frères juifs. Ils n’ont pas changé de signification de façon objective et absolue, mais seulement dans la perspective de la foi en la résurrection du Christ. La venue du Royaume de Dieu en la personne de Jésus, et de l’Esprit répandu sur toute chair à la Pentecôte, tournent le chrétien vers les temps derniers – « Dieu en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par le Fils », He 1, 2. Le chrétien vit sous le signe de l’urgence du Royaume. Il s’agit de nourrir l’affamé, visiter le prisonnier (cf.  Mt 25), poser les gestes de l’amour à la suite du Christ.» (p. 29)

Retour à l’accueil

2d  La pratique de la loi d’amour…

« La loi de l’amour n’est pas aussi précise que la Halakha. L’obligation qu’elle engendre n’est pas de même nature. Dans le judaïsme, les commandements concernent tous les domaines de la vie quotidienne ; ils ont une structure juridique. La Halakha est comme un système juridique élaboré par les décisionnaires, c’est-à-dire les rabbins et les sages.

Les chrétiens ont eux aussi à prêter attention aux détails du quotidien, à chaque cas particulier. Mais ils n’ont pas à leur disposition une Halakha précise et complexe. L’Eglise, par exemple en sa doctrine sociale, leur fournit des points de repère. L’écoute de l’Esprit Saint, la prise en compte du réel et de l’enseignement de l’Eglise, font partie de la démarche de discernement qu’ils ont à vivre. Le discernement n’est pas une science, mais un art ; c’est l’art de juger, dans une situation précise, quelle conduite à tenir.

La pratique n’est donc pas guidée de la même manière dans le judaïsme et dans le christianisme. Un exemple peut servir d’illustration : la différence entre la manière d’observer le Chabbat et de vivre le dimanche. La première est davantage réglementée que la deuxième… ; les offices à la Synagogue, la liturgie domestique, le rituel propre au Chabbat, la manière de vivre le repos, les activités prohibées ce jour-là…

La sanctification du dimanche, quant à elle, repose essentiellement sur l’Eucharistie dominicale, qui « n’a pas en soi un statut différent de celle qui est célébrée n’importe quel autre jour » ; c’est le mémorial de la mort et de la résurrection du Seigneur. Mais elle comporte « l’obligation de la présence communautaire » et une « solennité particulière », une dimension ecclésiale plus marquée… Le repos du dimanche n’est pas un précepte aussi ferme, ni de même nature, que celui du Chabbat, même s’ils ont tous deux un fondement biblique » (p. 30-31)

Retour à l’accueil

3  –  Vers de nouvelles relations ?

3a  Nouvelles relations entre juifs et chrétiens.

Geneviève COMEAU analyse ainsi les nombreux cas de ressemblances et de différences : la lecture des Ecritures, le corps ou « chair », le messianisme, l’histoire des relations entre juifs et chrétiens…, et parvient aux nouvelles relations entre juifs et chrétiens à partir du Concile Vatican II.

« La Déclaration Nostra Aetate (Vatican II) s’était référée à Rm 9-11 : Paul parle de son peuple « de qui est né selon la chair le Christ » (9,5) ; ce peuple reste aimé de Dieu, car les dons et l’appel de Dieu sont sans repentance (11,28)). Comment faire passer cela dans la vie et l’enseignement de l’Eglise ?

Quelques 10 ans après Vatican II, en 1974, paraît un document romain Orientations et suggestions pour l’application de la Déclaration conciliaire Nostra Aetate n°4. Ce document encourage à approfondir la connaissance mutuelle entre juifs et chrétiens. J’en cite une phrase capitale : « Il importe que les chrétiens cherchent à mieux connaître les composantes fondamentales de la tradition religieuse du judaïsme et qu’ils apprennent par quels traits essentiels les juifs se définissent eux-mêmes dans leur réalité religieuse vécue. »…

« Encore 10 ans après, en 1985, paraît un autre document romain : Catholiques et juifs : Un nouveau regard. Notes de la Commission du Saint-siège pour les relations avec le judaïsme. Cette fois, la situation se complique ; l’accueil que le monde juif réserve à ce texte est mitigé… » (p.101)

Retour à l’accueil

3b  Questions délicates à évoquer…

« Pourquoi le texte romain de 1985 a-t-il reçu un accueil mitigé en monde juif ? Deux lacunes importantes, aux yeux des juifs, ont été relevées : la Shoa et l’Etat d’Israël. Les Notes y font allusion, mais de façon rapide et insuffisante, semble-t-il.

D’autre part, ce que les Notes développent est critiqué. D’abord l’affirmation que l’on trouve au début des Notes : « Eglise et judaïsme ne peuvent pas être présentés comme deux voies parallèles de salut ». M. Wigoder, représentant israélien au Comité Juif International pour les Consultations Inter-religieuses, a vu là un préjudice théologique fait au judaïsme, un refus chrétien de la différence, une marque de triomphalisme. La lecture typologique de la Bible a également déçu : « Selon l’approche typologique, nous, juifs, perdons toute valeur intrinsèque et n’existons pas pour nous-mêmes… L’usage de la typologie a constitué a constitué un obstacle majeur pour les juifs tout au long de l’histoire de l’Eglise, et son apparente réaffirmation aujourd’hui en tant qu’exégèse légitime est troublante. »

Bref, pour résumer la situation, plusieurs voix juives se sont élevées pour reprocher au texte de 1985 de ne pas suffisamment prendre en compte la façon dont les juifs se définissent eux-mêmes… » (p. 102-103)

Retour à l’accueil

3c  La question des « racines »

« L’on entend souvent dire que le christianisme a des racines juives, que les racines du christianisme sont dans le judaïsme. Qu’entend-on au juste par là ? »

Geneviève COMEAU analyse comment s’est posée cette question depuis toujours et conclut : « Jésus de Nazareth que les chrétiens confessent comme Christ et Seigneur, ne se laisse enfermer dans aucune image que l’on pourrait se faire de lui. Il est homme juif, fils d’Israël, et pourtant sa vie et sa mort, comme sa résurrection, comportent une spécificité et une nouveauté irréductibles. Analogiquement, il en va de même du mouvement qu’il a lancé : le christianisme a des racines juives, mais n’est pas une simple excroissance du judaïsme. Et réciproquement on ne peut réduire le judaïsme, tel qu’il s’est reconstitué après 70 (année de la destruction du Temple) à être la racine du christianisme. » (p.121)

Retour à l’accueil

3d  « Relations fraternelles »

« Aujourd’hui les croyants des différentes religions ne peuvent s’ignorer les uns des autres, et encore moins les juifs et les chrétiens, dont nous avons vu qu’ils ont un patrimoine commun… »

Geneviève COMEAU fait état de diverses tentatives de dialogue et conclut : « Pour le compagnonnage et la collaboration dans la société, les relations fraternelles sont très précieuses. Elles permettent aussi de rendre témoignage au Dieu unique.

Les relations fraternelles sont précieuses également pour la réflexion théologique, car chacun peut éclairer l’autre des ressources de sa tradition. Il ne me revient pas de dire ce que le christianisme peut apporter au judaïsme. Mais voici ce que le christianisme peut recevoir de la proximité fraternelle juive : En premier lieu, la mémoire de son histoire. Aux yeux des chrétiens, le judaïsme est témoin, non seulement de l’historicité de la personne de Jésus avec son ancrage dans la tradition juive, mais aussi de notre cheminement commun dans l’histoire, car la rédemption n’est pas encore achevée. Ensuite, le judaïsme apporte au christianisme la mémoire de la transcendance divine : cela peut inviter les chrétiens à une certaine discrétion et pudeur dans la manière de parler de Dieu et de ses relations avec l’humanité. Enfin, dans la ligne des deux points précédents, le judaïsme apporte la mémoire d’une espérance et d’une responsabilité : espérance pour garder ouverte la dynamique de l’histoire, et responsabilité car c’est par ses engagements que l’homme peut manifester son attachement envers un Dieu sur lequel il ne peut mettre la main. » (p. 134-135)

Retour à l’accueil

3e

« Depuis peu, un débat de fond est à nouveau possible entre juifs et chrétiens… Aujourd’hui une nouvelle étape s’ouvre, ce qui ne veut pas dire que les étapes antérieures sont dépassées, mais que les partenaires – certains d’entre eux… – sont prêts à entrer dans une interpellation réciproque, un vrai dialogue. » (p.149)

Retour à l’accueil

Powered by WordPress | Designed by: SEO Consultant | Thanks to los angeles seo, seo jobs and denver colorado